Résumés. Graphiques 20 à 33

Publié le 9 Juillet 2021

Covid Belgique – Graphiques 33 – 09 juillet 2021 (semaine 27).

 

Soyons clair et sans détour. À part une agitation frénétique de l’entente politico-scientifico-médiatique (PSM) de l’ ‘entre-soi’, favorisée par le trust gafam (cf mon article dans Kairos n°50) : sur le plan sanitaire, il n’y a rien à se mettre sous la dent.

 

Ce qui apparaît actuellement profondément choquant et scandaleux, c’est l’ouverture de la vaccination aux enfants. Chez eux, les vaccins arn sont autrement plus dangereux que le virus. Cela n’a aucun sens.

 

Le variant indien (ou delta ou B1.617.2) a donc pris la place du variant anglais en Europe. Les variants porteurs de la mutation 484K se maintiennent également bien, surtout le variant brésilien (P1 ou gamma).

Ceci dit, ce remplacement se fait, dans le réel, sans douleur, le variant indien semble peu dangereux, même s’il apparaît nettement plus résistant aux vaccins que son prédécesseur, tout comme le variant brésilien, plusieurs études le suggèrent pour l’un et l’autre.

 

Les données luxembourgeoises de séquençage pour la semaine 25 le donne avec 60,1 % des séquençages au Grand-Duché contre 10,1 % pour le variant anglais et une percée du variant brésilien (P1) à 24,1%. https://lns.lu/departement/microbiologie/revilux/
(Vous connaissez le peu de confiance que j'ai dans le séquençage belge, que pour l'oublier ici.)

Par contre, ce qui était prévisible, le battage des médias de la peur pour gâcher les vacances et voyages, faire imposer vaccins et pass-covid, disqualifier celles et ceux qui ne désirent pas se faire vacciner, etc. est une triste évidence. Le moulin à fakes a mis le turbo. Tristes médias de la peur.

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 

Depuis plusieurs semaines, l’activité du virus étant saisonnière, nous sommes entrés dans le calme beau plat, le virus circule fort peu. En fait, il n’y a plus grand-chose à dire sur le plan virologique, même avec le variant indien. C’est ce que j’essayais de vous montrer avec le petit article censuré du 29 juin, toujours disponible sur MeWe. J’apportais des compléments d’information avec un nouvel articulet mardi passé (6 juillet), accompagnés d’une bien nécessaire mise en garde sur les agissements de l’entente PSM.

Il suffit d’observer chez nous (voyez le graphique 1.0., je l’ai remis exprès pour cela) : il n’y a vraiment rien à voir, malgré l’avancée du variant indien.

En effet, faites attention, le nombre de tests réalisés a fortement augmenté en Belgique (450 000 pour la semaine 26 contre 295 000 pour la semaine 25, et cela continue en cette semaine 27) et dès lors le nombre de « cas » aussi. Cela se voit actuellement et clamé par sciensano qui n’avance que des « cas » et non des taux de « cas » (« cas » /nbre total tests) sur leur moyenne de 7 jours (alors que le taux de « cas » reste stable et très bas, voir graphique 1.0.). C’est évidemment un fake informatif repris avec délectation et grand bruit par l’entente PSM.

En quoi se justifient alors les restrictions et pass-sanitaires actuels et ce qui est à venir ? Soyons clair, il ne s’y trouve aucune justification.

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&

 

Covid Belgique – Graphiques 32 – 02 juillet 2021 (semaine 26).

 

Dernière minute:
Je n'avais pas encore les données luxembourgeoises de séquençage pour la semaine 24 lors de la publication de ces "graphiques 32". Le variant indien (ou delta ou B1.617.2) est devenu dominant avec 59,4% des séquençages au Grand-Duché contre 29,7% pour le variant anglais. https://lns.lu/departement/microbiologie/revilux/
(Vous connaissez le peu de confiance que j'ai dans le séquençage belge, que pour l'oublier ici.)

Dans ce nouveau contexte de variant indien dominant, les données présentées ci-dessous sont donc rassurantes et confirment les données concernant le "variant indien" présentées dans le post de mardi: pas d'inquiétude et du sang-froid face aux médias de la peur et autres affidés de l' "entre-soi".


 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 

FB a donc censuré mon article sur le variant indien de mardi passé. Vous le retrouverez bien sûr sur Mewe. L’image que l’on y reçoit de notre environnement est bien différente de celui de facebook, plus riche, plus diverse. Je pense que c’est un des effets de la non-censure sur cette plateforme par rapport à la censure FB qui uniformise dans un carcan prédéfini.

https://mewe.com/i/christophedebrouwer

https://mewe.com/

 

Déjà ancien projet, dans un souci de diversification, je pense par ailleurs un blog pour y mettre mes publications. Le choix de la plateforme est important et je ne suis pas contre une confédération de blog, mais ce n’est pas obligé. Liberté avant tout, c’est ce dont nous manquons le plus ! Vos conseils (en privé) sont les bienvenus. Je vous tiens au courant.

 

Un grand merci aux délateurs, des petits c..s, féminins ou masculins, qu’ils ou elles reçoivent ici l’expression de mon mépris.

La bêtise humaine n’a pas de limite.

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 

Depuis plusieurs semaines, l’activité du virus étant saisonnière, nous sommes entrés dans le calme beau plat. En fait, il n’y a plus grand-chose à dire sur le plan virologique, même avec le variant indien. C’est ce que j’essayais de vous montrer avec le post censuré.

Mais il suffit d’observer chez nous (voyez le graphique 1.0. (je l’ai remis exprès pour cela) : il n’y a vraiment rien à voir, malgré l’avancée du variant indien.

Mais faites attention, le nombre de tests réalisés a fortement augmenté ces deux derniers jours et dès lors le nombre de « cas » aussi, cela se verra dans les jours qui viennent sur leur moyenne de 7 jours (alors que le taux de « cas » reste stable et très bas, à 0,7 %): c’est un fake informatif.

En quoi se justifient alors les restrictions et pass-sanitaires actuels ? Soyons clair, il ne s’y trouve aucune justification.

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 

En Europe, le variant indien (ou delta ou B.1.617.2) a pris entièrement la place en Grande-Bretagne, et en Russie. Ailleurs il poursuit sa progression et remplace petit à petit le variant anglais, avec des différences régionales, et comme le précédent, sans faire de vague, sinon dans les médias de la peur. Je vous reporte à mon post du 29 juin (sur MeWe). Censuré sur FB avec un faux message; le voici :

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&

 

Que penser du variant indien ?

(ou delta ou 1.617.2)

(29 juin 2021; censuré par FB)

Dernièrement le président Américain et son conseiller AF ont fait quelques sorties du type « le variant delta est plus contagieux, il cause plus d’hospitalisations, il est plus dangereux, surtout chez les non vaccinés, il faut prendre de vitesse ce variant par le vaccin, les jeunes sont plus touchés, etc, etc. »

Après avoir traité de néandertaliens les gouverneurs républicains qui avaient levés quasi toutes les restrictions covid, la suite a donné raison à ces derniers, nous voilà repartis pour un tour.

 

Souvenez-vous, c’est exactement le même discours qui nous a été servi lors de l’arrivée du variant anglais. Bis repetita placet.

 

En regardant la littérature « scientifique » récente, sans lien d’intérêt (!), elle est peu fournie et hésitante.

Ce qui ressort de cette littérature, basée sur des observations en Grande-Bretagne, c’est

1. Une augmentation de « cas » (mais nous savons que cela ne signifie pas grand-chose parce que ce n’est, avant tout, que le reflet de la variation des tests réalisés et que lors d’alarme, on augmente fortement le nombre de tests réalisés).

2. Aucun effet sur la mortalité.

3. Pour ce qui est de l’augmentation hospitalière, si on en perçoit une (?), le cas échéant, elle est faible.

4. Concernant l’efficacité du vaccin, on est assez stupéfié : le vaccin anglais astra-zeneca (environ 2/3 des vaccinations en GB) serait moins performant (!) que le vaccin pfizer (très minoritaire en GB) : quel aveu sur la réalité de ces vaccins-thérapies géniques monoclonaux et quel chaos !

 

Est-ce que, une fois de plus, nos curieux « scientifiques » et nos médias de la peur ne tirent-ils pas au-delà des limites, quelques tendances qui les arrangent, en fait très peu significatives, pour vendre leurs salades ?

 

J’ai été regardé les données du Pays de Gales, touché au même titre que le reste de l’Angleterre par le virus indien depuis quelques semaines. Leurs graphiques sont édifiants.

(Source : Digital Health and Care Wales, remis en graphique par la BBC au 28 juin)

 

… , il n’y a rien à voir, en réalité calme plat !

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&

 

Covid Belgique – Graphiques 31 – 25 juin 2021 (semaine 25).

 

Depuis plusieurs semaines, l’activité du virus étant saisonnière, nous sommes entrés dans le calme beau plat. En fait, il n’y a plus grand-chose à dire sur le plan virologique.

En quoi se justifient alors les restrictions et pass-sanitaires actuels ? Soyons clair, il ne s’y trouve aucune justification.

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 

En Europe, le variant indien (ou delta ou B.1.617.2) a pris entièrement la place en Grande-Bretagne, Russie, Finlande et Portugal. Ailleurs il poursuit sa progression et remplace petit à petit le variant anglais, et comme le précédent, sans faire de vague, sinon dans les médias de la peur. Il semble (?) y avoir une petite recrudescence de « cas » covid dans trois de ces quatre pays (la Finlande excepté), par rapport au niveau, qui était déjà bas, atteint avant le remplacement par ce variant-ci (doublement au mieux, mais le terme « cas » est tellement peu précis et tellement dépendant des politiques journalières de pratique de tests). Limportance de la couverture vaccinale ne semble pas représenter un facteur déterminant, puisqu’au deux extrémités se trouvent la Grande-Bretagne et la Russie, les deux autres pays étant intermédiaires. Difficile d’aller plus loin dans l’analyse. L’institut luxembourgeois constate une légère progression du variant indien, en semaine 23, avec 36 %, bien que le variant anglais soit encore bien présent avec 50,5 % des séquençages. https://lns.lu/departement/microbiologie/revilux/ Rappelons que s’il n’est pas plus dangereux que le précédent qui l’était déjà peu, cependant il est plus résistant aux vaccins-thérapies géniques monoclonaux. (Nous avions vu dans les « graphiques » précédents le peu de confiance que l’on pouvait avoir dans le système belge de séquençage.)

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 

Lors des « graphiques » précédents (n°30), je me suis penché sur les effets secondaires, à travers des ‘case reports’ et des données d’observations qui ne montraient pas d’atténuation des effets graves de l’infection covid chez les personnes vaccinées (plutôt le contraire). Je vous y reporte.

 

Notons que les données concernant la mortalité post-vaccinale se multiplient (cf « graphiques » précédents). D’ailleurs les fact/fake checks et autres idioties de nos médias de la peur se multiplient sur ce thème, ce qui montrent, a contrario, l’existence d’un problème. Les niveaux de décès rapportés faisant suite aux vaccins montrent sans équivoque une différence nette entre ‘avant’ et ‘après’. En effet, en quelques mois de vaccinations covid monoclonal, le nombre de décès déclarés (VAERS ou Eudravigilance) apparait équivalent au nombre de décès post-vaccinal de 10 à 20 dernières années (USA ou Europe), je suis volontairement large dans la fourchette. Par exemple, la dernière donnée VAERS indiquent 5 479 décès post-vaccination au 21 juin, ce qui correspond, grosso-modo, au nombre de décès rapportés durant les 20 ans de vaccination (toute vaccination confondue) qui précèdent la vaccination covid. (15 472 pour EudrVigilance au 19 juin). Peu importe de savoir si le lien entre décès et vaccin covid est certain ou non, ou que nous soyons en sous-déclaration importante (ce qui est évident), puisque la méthode de déclaration est toujours similaire (mais pas identique) au cours du temps et donc on mesure des choses apparemment relativement semblables. C’est évidemment indicatif tant les biais sont nombreux, mais puisque controverse il y a, autant le souligner.

https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/vaccines/safety

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 

Dans un post du mercredi 23 juin (sur MeWe et FB), je vous proposais une petite analyse des nouvelles données présentées par sciensano concernant les maisons de repos. Plus d’interrogations, selon moi, sur la congruence entre les chiffres proposés et la réalité, qu’autre chose : je vous y reporte. https://www.facebook.com/christophe.debrouwer/posts/10219753546370587

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 

À mon grand étonnement, mon article sur l’(in)utilité des masques, qui n’avait pas été référencé par les moteurs de recherche (forme de censure), bien qu’on pouvait le trouver sur Google scholar et ResearchGate, que je n’avais d’ailleurs pas cherché à publier dans un journal scientifique ad-hoc (pas envie de payer pour publier avec les sous de ma pension, en effet je n’ai plus de compte de promotion universitaire), a été cité par un autre article dans l’ ‘International Journal of Environmental Research and Public Health’, lequel propose une revue des effets secondaires liés au port du masque. Cela m’amuse bien :-)

Comme vous avez été nombreux à lire ma publication sur les masques, merci, voici les adresses de ces deux publications :

http://dx.doi.org/10.13140/RG.2.2.32273.66403

https://doi.org/10.3390/ijerph18084344

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&

 

Covid Belgique – Graphiques 30 – 18 juin 2021 (semaine 24).

 

L’activité du virus étant saisonnière, nous sommes entrés dans le calme beau plat. En fait, il n’y a plus grand-chose à dire sur le plan virologique. Le variant indien (ou delta ou B.1.617.2) poursuit sa progression à bas bruit et remplace petit à petit le variant anglais, et comme le précédent, sans faire de vague, sinon dans les médias. L’institut luxembourgeois constate sa progression, en semaine 22, à 30,9 % et le variant anglais descendre à 47,4 % des séquençages. https://lns.lu/departement/microbiologie/revilux/ Rappelons que s’il n’est pas plus dangereux que le précédent qui l’était déjà peu, cependant il est plus résistant aux vaccins-thérapies géniques monoclonaux. (Nous avions vu dans les « graphiques » précédents le peu de confiance que l’on pouvait avoir dans le système belge de séquençage.)

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 

Concernant le risque santé lors d’une réinfection covid après vaccin, les choses ne sont certainement pas claires. Tant l’étude de l’équipe de Marseille que les données anglaises des services d’urgence ne plaident pas pour un risque atténué. Il est au moins aussi important que celui chez les non-vaccinés. Deux observations aussi indépendantes l’une de l’autre donnent du poids à leurs tendances où 1/3 à presque la moitié des décès attribués covid sont arrivés chez des personnes vaccinées. J’avais abordé ce point lors des « Graphiques 29 ». On est loin des discours habituels et convenus.

https://doi.org/10.35088/eqt2-gf43

https://www.facebook.com/christophe.debrouwer/posts/10219687221192499

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 

Revenons sur les case-reports, source primaire d’alerte des risques vaccinaux. J’avais déjà abordé cela. Ils sont aujourd’hui vraiment nombreux et divers, je n’en listerai que quelques-uns ici pour illustrer leurs diversités (outre les réactions anaphylactiques, Bell et autres déjà bien décrits).

 

Rétinopathie (https://doi.org/10.1016/j.ajoc.2021.101136), lymphadénopathie axillaire chez une personne atteinte de carcinome rénal (https://doi.org/10.1016/j.radcr.2021.05.031), multithrombose et hémorragie surrénale https://doi.org/10.1530/endoabs.74.NCC4, myasthénie grave (https://doi.org/10.7759/cureus.15581), myocardites (https://doi.org/10.1016/j.cjca.2021.05.010), hémophilie (https://doi.org/10.1111/jth.15291), pancréatite (https://doi.org/10.3390/vaccines9060576), épilepsie https://doi.org/10.1016/j.jneuroim.2021.577629 , syndrome néphrotique https://doi.org/10.1053/j.ajkd.2021.03.010 , larges réactions locales différées à 14 jours https://dx.doi.org/10.1016%2Fj.tmaid.2021.102093 , maladie de Graves (hyperthyroïdie auto-immune) https://doi.org/10.1089/thy.2021.0142 ,etc, etc, etc.

 

Le but n’est pas de faire peur, mais de relever la diversité des effets secondaires, parfois gravissimes, de l’utilisation en masse de ces vaccins-thérapies géniques monoclonaux sous autorisation provisoire. Comme nous avions pu le constater en Belgique, le suivi des effets secondaires est lamentable, un scandale qui perdure, un de plus. Or, si ce gouvernement, avec ses « experts » et ses médias, était un tant soit peu sérieux et respectueux de la population, il mettrait les moyens pour savoir et à partir de là, pour agir. Mais il ne veut pas savoir, ni d’ailleurs ses « experts », ni ses «médias ». Pas vu, pas pris ! Il clame prendre soin, mais ce ne sont que des mots, il ne prend pas soin de nous, vraiment pas.

Soulignons encore et encore qu’il n’y a aucun bénéfice de la vaccination pour les moins de 65 ans sur le plan de la mortalité (ni spécifique, ni générale), et encore moins pour les jeunes. Que du détriment. Il faut donc qu’il y ait quelque chose de positif quelque part. Les personnes âgées et individuellement des personnes à risque ? Oui, mais les courbes présentées ici, honnêtes, ne montrent rien. C’est aussi simple et triste que cela.

Je vous reporte à mon étude démographique : http://dx.doi.org/10.13140/RG.2.2.31062.57921

Par beaucoup de côté, la situation d’aujourd’hui me fait penser à ce vieux film « They live » de 1988, de John Carpenter, formidable fable philosophique de la situation dystopique d’aujourd’hui, qu’un média malicieux a ressorti dernièrement.

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

3. Mortalité.

3.1. Vue générale de la mortalité. Mortalité générale, comparée à la mortalité attribuée au covid. Graphique avec des chiffres bruts, il permet de visualiser rapidement l’importance d’un problème en santé publique. La mortalité générale est, pour la semaine 22 (31 mai – 6 juin), dans la norme. Depuis le début de ce graphique, j’utilise comme ‘attendu’ ce qui est proposé par sciensano : sans crier gare, ils viennent de modifier leurs attendus toutes causes en diminuant d’environ 10 décès/jour les attendus proposés. La conséquence est insidieuse : elle fera passer pour une augmentation des décès toutes causes ce qui était auparavant considéré comme normal. Triste époque où le besoin de faire peur s’insinue dans toutes les strates de ‘l’entre-soi’.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&

 

Covid Belgique – Graphiques 29 – 11 juin 2021 (semaine 23).

 

L’activité du virus étant saisonnière, nous sommes entrés dans le calme beau plat. En fait, il n’y a plus grand-chose à dire sur le plan virologique.

 

Sur le plan des variants, un des variants indiens (delta ou B.1.617.2) poursuit sa progression dans les pays européens. En Angleterre, il représenterait actuellement 70% des séquençages. Au Grand-Duché de Luxembourg où on réalise les séquençages de façon sérieuse, ce variant représente 16,3% de ceux-ci en semaine 21 et est devenu le deuxième plus important (le variant anglais est tombé à 65,3%). Notons cependant que la mutation 484K reste présente avec 8,2% que ce soit par recombinaison du variant anglais ou autres variants.

https://lns.lu/departement/microbiologie/revilux/

Pour une vue plus générale en Europe et ailleurs de la progression des variants (mis à jour au 31-5-2021): https://covariants.org/per-country

Ceci dit, ce variant-ci dit indien apparaît encore moins dangereux, sinon une résistance au vaccin accrue, que le variant précédent dit anglais qui n’était déjà pas spécialement dangereux par rapport au variant européen dit « 4 » (celui de la phase épidémique d’octobre-novembre 2020).

 

Pour ceux que le problème de l’échappement viral aux anticorps monoclonaux intéressent (!), une publication scientifique (lien d'intérêt notamment avec Sanofi) sur la manière de prédire ces échappements (résistance aux vaccins monoclonaux actuels). Cette étude est basée sur la double contrainte : échapper aux effets du vaccin tout en restant infectant. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7676316/

Ceci étant, il est évident que plus on vaccine avec ces vaccins monoclonaux, plus vite on induit des échappements viraux et de la résistance à ces vaccins. La situation que nous vivons aujourd’hui (coronapass et autres c...) est absurde à plus d’un titre.

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 

Les vaccins monoclonaux actuels sont-ils efficaces ? Ils le sont peut-être, mais au vu des données macro présentées ici, leur efficacité ne peut être, au mieux, que médiocre, avec une balance bénéfice-risque questionnable. En effet, la comparaison entre les populations (âgées) fortement vaccinées et les populations (jeunes) faiblement vaccinées ne montrent aucun effet vaccinal positif pour les éléments analysés ici.* Ceci rejoint les rares observations scientifiques sérieuses et indépendantes que nous possédons à ce sujet. Par exemple: https://doi.org/10.21203/rs.3.rs-576003/v2 Pour le moment, ces études de terrain évaluent généralement entre 50 et 70 % l’efficacité vaccinale (face aux variants présents au moment de l’observation). D’autre part, ces vaccins pourraient ne pas protéger contre les formes graves en cas de ré-infection (cf point 2.3) Attendons d’y voir plus clair. Les traitements précoces gardent toute leur importance, ne l’oubliez pas.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&

 

Covid Belgique – Graphiques 28 – 4 juin 2021 (semaine 22).

 

L’activité du virus étant saisonnière, nous sommes entrés dans le calme beau plat. En fait, il n’y a plus grand-chose à dire sur le plan virologique.

 

J’ai abordé la question des variants dans un post précédent. https://www.facebook.com/christophe.debrouwer/posts/10219607074748888 Une réflexion complémentaire. Comme on peut le voir, le remplacement d’un variant par un autre est vraiment rapide. Aujourd’hui les variants qui remplacent sont systématiquement plus résistant aux vaccins que le variant dominant précédent. Dans un contexte de calme plat, plutôt que vacciner à tout va (même ceux qui ont fait l’infection, ce qui est un non-sens) pour se protéger d’un virus obsolète (celui de Wuhan), avec des vaccins monoclonaux grevés de sérieux effets secondaires, ne serait-il pas plus sage et judicieux de mettre le paquet sur un vaccin classique, avec moins d’effets secondaires, qui protège contre plusieurs variants, c’est-à-dire ceux qui circulent actuellement ?

 

La situation étant ce qu’elle est, je vais arrêter de vous présenter la partie II qui concernait la situation générale. Il n’y a plus rien de vraiment intéressant à présenter.

 

Une des choses que l’on peut essayer d’examiner, c’est le si et comment cette vaccination généralisée, monoclonale, dirigé contre le virus obsolète de Wuhan, va influer sur ce calme plat.

 

Je vais donc me concentrer sur la partie vaccination, sachant par ailleurs que cela va être difficile de montrer quoique ce soit, d’autant que les chiffres présentés par sciensano n’apparaissent pas d’une grande rigueur. (Cf « graphiques 27 »).

 

Le renouvellement des graphiques se poursuit donc avec 3 nouveaux dont le but est de comparer la situation de 2020 à celle de 2021, d’autres graphiques disparaîtront. Deux écueils cependant. Les comptages et méthodes entre 2020 et 2021 peuvent montrer une certaine différence, bien qu’un hospitalisé reste un hospitalisé. D’autre part, on peut se dire, la bonne saison revenant, que l’activité du sars-cov-2 devrait être minimale comme elle le fut en 2020, et donc un effet vaccinal peu visible.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&

 

Covid Belgique – Graphiques 27 – 28 mai 2021 (semaine 21).

 

Peut-on se fier aux données chiffrées présentées par sciensano ?

Il faut être très méfiants et sur ses gardes, je vais vous montrer pourquoi.

 

Notons dès à présent que, si erreurs il y a, elles ne sont pas nécessairement le fait de sciensano, les intervenants dans la construction des chiffres sont nombreux.

 

Regardez les deux graphiques I-2. Ils sont identiques, simplement les données sont placées dans un ordre un peu différent. Par tranche d’âge, ils montrent l’évolution en chiffres absolus de l’hospitalisation attribuée au covid. On voit clairement que les tranches d’âge des aînés (80+ ans et 60-79 ans) sont en bonne diminution, alors que les tranches d’âge plus jeunes restent élevées (6-19 ans, 20-39 ans et 40-59 ans). C’est une inversion de tendance et c’est la première fois. Cela montrerait l’efficacité du vaccin. Mais est-ce vrai ? Si nous regardons la mortalité, graphique I-3.1abcd, rien ne permet de confirmer cela, au contraire la mortalité générale connaît un petit regain pour les tranches d’âge 85+ ans des semaines 10 à 18, et un relatif statu quo pour les 75-84 ans durant les semaines 11 à 19, alors qu’effectivement la mortalité attribuée au covid pour ces âges connaît une diminution au même titre et de même ampleur (proportionnellement) que les âges plus jeunes. Ceci est bien confirmé par le graphique dynamique I-3.2 : c’est la tranche d’âge des 85+ ans qui à la moins bonne dynamique dans la diminution de la mortalité attribuée au covid. Ceci infirme donc le graphique « hospitalisation attribuée au covid ». Regardons les nouveaux « cas » par tranches d’âge (I-1). Là aussi diminution généralisée, mais qui en profite le plus ? À nouveau pas nos aînés, mais bien les tranches d’âges plus jeunes. Or ce sont les « nouveaux cas » qui alimentent l’hospitalisation attribuée au covid (la corrélation est bonne). Donc cette observation infirme aussi les données hospitalisations attribuées au covid.

Dès lors la plus grande méfiance est de rigueur et le point d’interrogation est placé sur ces graphiques vous invitant à la réflexion. D’autant que nous avons noté un manque de rigueur à la fois dans l’attribution, le comportement hospitalier et le reporting.

 

Nous avions relevé des anomalies dans le reporting des « cas » lors de l’agitation virale du mois de mars-avril, sanctionnées par un point d’exclamation. Je n’y reviendrai pas.

Soulignons la problématique des chiffres « USI » qui est loin d’être vidée.

 

Et enfin, sur un plan général, nous avons été en sous-mortalité générale depuis la fin de la poussée épidémique d’octobre-novembre jusqu’à la fin du mois d’avril. Comment parler d’une soi-disant troisième vague dans de telle condition : c’est un non-sens. Et là aussi, cela devrait nous rendre vigilant, critique et méfiant quant aux données présentées qui feraient croire à cette troisième vague fantomatique.

 

Donc oui, la méfiance est de rigueur.

 

 

 

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&

 

Covid Belgique – Graphiques 26 – 21 mai 2021 (semaine 20).

 

L’équation vaccinale est assez simple. Soit on pense que la balance coût-bénéfice est défavorable, le coût surpassant le bénéfice, soit c’est l’inverse. Pour les tenant de cette dernière équation, ils l’établissent sur deux dogmes : l’efficacité miraculeuse des vaccins à arn ou à adn (plus de 85% ?!) et des effets secondaires négligeables (et qu’ils négligent systématiquement dans leur discours). Ayant ainsi établi leur religion, très naturellement les obligations sont à la clé, Vérité oblige : coronapass et obligation vaccinale.

 

C’est aussi simple et aussi irrespectueux de la libre conscience, de la liberté de pensée et de la liberté tout court, que cela. Envolés, disparus les grands discours sur la tolérance, ce n’était au mieux que des incantations.

Il leur faut convertir à la nouvelle religion quel qu’en soit le prix puisqu’ils détiennent la Vérité.

Contraintes sociales et marquages des bestiaux humains, telles sont leurs solutions (un peu comme le bétail de nos étables et nos prés, soyons bucolique !).

 

Et souvent, je me pose intérieurement la question : mais pourquoi un certain nombre de ceux-ci, des confrères, mais aussi des collègues, montrent-ils, au gré de la mode du jour, une telle constance : depuis la défense du remdesivir, la condamnation de l’hydroxychloroquine (et pourtant: https://www.mediterranee-infection.com/wp-content/uploads/2020/04/MS-IHU-Preprint.pdf), la muselière, la mise en résidence surveillée de toute la population, la condamnation de notre jeunesse qui veut simplement vivre, et maintenant la vaccination. Car ce sont toujours les mêmes, on les suit pas-à-pas sans aucune surprise. Il suffit de lire les médias de la peur pour savoir quelles sont les contraintes et obligations sociales qu’ils préconisent. Quels sont leurs liens d’intérêt ?

 

Et pourtant, la réalité observable est bien différente de cette nouvelle Vérité !

La vaccination montre une efficacité, au mieux, médiocre, dont le coût-bénéfice est réellement questionnable avec des effets secondaires bien supérieurs à ce qu’on en attendait. Et, dramatiquement, ce tout vaccin relègue au second plan la pratique médicale : diagnostic, traitement, accompagnement. Cette relégation est véritablement contraire à l’intérêt des patients.

 

Il est donc important d’examiner à tête reposée la réalité « vaccinale » au vu des chiffres, pour essayer de replacer l’acte médical là où est sa place : auprès du patient.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&

 

Covid Belgique – Graphiques 25 – 14 mai 2021 (semaine 19).

 

Dans la mesure où nous sommes dans une situation normalisée depuis environ 6 mois, cela devient vraiment très répétitif et lassant de répéter chaque semaine que tout va bien, contrairement aux tombereaux de fakes de l’ « entre-soi », de ceux qui « ont le pouvoir de dire et faire » (selon l’expression heureuse de Maffesoli). L’ordre des « graphiques » a donc été modifié pour mieux coller à l’actualité. Ceux-ci ont été divisés en deux parties :

La première concernera les vaccins et dès lors notamment les graphiques par tranches d’âge.

La seconde concernera les autres données.

 

Dans le ‘absolument’ tout vaccin actuel (il suffit de regarder certaines campagnes publicitaires imbéciles), alors que celui-ci apparaît d’une efficacité, au mieux, médiocre, dont le coût-bénéfice est réellement questionnable, les choses importantes sur le plan médical semblent relégué au second plan : diagnostic, traitement, accompagnement. Et cette relégation est véritablement contraire à l’intérêt des patients.

Il est donc important d’examiner à tête reposée la réalité « vaccinale » au vu des chiffres, pour essayer de replacer l’acte médical là où est sa place : auprès du patient.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&

 

Covid Belgique – Graphiques 24 – 7 mai 2021 (semaine 18).

 

La situation reste donc, dans les faits, assez stable depuis fin novembre avec quelques variations ces dernières semaines qui sont en train de s’effacer (je sais, je sais, je répète tout le temps la même chose!). De plus, nous restons en sous-mortalité générale depuis plusieurs mois (graphique 1.1). Elle s’estompe petit à petit, non pas parce que la mortalité générale ré-augmente, mais parce que l’ « attendu » diminue avec la floraison qui donne ses premiers éclats.

 

 

∞∞∞∞∞∞∞

 

Malheureusement, se poursuivent le régime de semi-confinement, la censure, les violences policières (il suffit de voir les vidéos qui circulent sur cette violence, souvent gratuite et illégale mais couverte par l’autorité médiocre, avec des médias de la peur complices, dont les forces de l’ordre ont abusé encore et encore lors de la boum2 ; la « 1 » ne suffisait pas), les délations de tant de petits chefs, les intimidations, les condamnations judiciaires, la peur, la culpabilisation, …, rien de tout cela n’est justifiable, vraiment rien. Le sacrifice inutile de l’horeca, des métiers du spectacle, des métiers de contact, de même que la détérioration de notre espace familial, social, sportif et industriel, sur l’autel douteux d’une science dévoyée, continue. Je me répète donc, notre crise socio-économique s’approfondit en ce mois de mai sans aucune justification sanitaire.

 

∞∞∞∞∞∞∞

 

J’ai réalisé un petit résumé concernant l’efficacité actuellement médiocre, dans le meilleur des cas, des vaccins à partir des données par tranches d’âge. Post précédent du 4 mai : sur Mewe ou ici https://www.facebook.com/christophe.debrouwer/posts/10219452546005766

Ce post ne traite ni des effets secondaires pourtant tout aussi essentiels dans l’équation vaccination, ni d’autres questions qui ont été soulevées, notamment ici : https://www.youtube.com/watch?v=0o34QZeZM_g

 

∞∞∞∞∞∞∞

 

Ces observations concernant la saga des vaccins mettent avec force l’accent sur la prévention et prise en charge précoce, surtout de nos aînés, puisque c'est chez eux, quasi exclusivement, qu'une surmortalité générale, lorsqu’elle est présente, est observable. Tant que nous ne prendrons pas cette dimension à bras-le corps, nous resterons dans le pot-au-pot actuel de la lamentable saga de l’entre-soi, c’est-à-dire gouvernements-experts-médias de la peur. Les médecins de première ligne doivent se trouver au chevet de leurs malades et surtout de nos aînés et les prendre en charge sans délai, les moyens de diagnostics simples et les traitements de premières lignes existent, sont efficaces et doivent être appliqué sans délai. Je répète « sans délai », c’est cela le plus important.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&

 

Belgique. Efficacité des vaccins ?

 

Lors des « graphiques 23 » du 30 avril dernier, j’avais abordé la problématique liée à l’efficacité des vaccins : « Quasi 5 mois après le début de la vaccination, peut-on tirer des premières conclusions ? J’aurais espéré que oui, mais les choses sont très peu nettes. On a, malgré tout, l’impression d’un effet marginal positif de celle-ci sur les populations âgées qui sont aujourd’hui largement vaccinées, effet sans doute momentané si l’on voit les derniers résultats des courbes de ce jour. La discussion apportée par Peter Doshi dans le BMJ en début janvier semble se vérifier : environ 19% de réduction du risque relatif chez les vaccinés (loin des 95% promis par les fabricants !). »

Dans ce post-ci, je ne traiterai pas de la problématique, tout aussi essentielle, des effets secondaires.

 

La situation actuelle de la vaccination de masse est la suivante : (sciensano)

 

Au moins une dose :

85+ ans : 87 %

75-84 ans : 91 %

65-74 ans : 80 %

55-64 ans : 32 %

Au moins deux doses :

85+ ans : 44 %

75-84 ans : 17 %

65-74 ans : 9 %

55-64 ans : 9 %

Nous subissons un battage et une pression complètement infantilisant sur la soi-disant efficacité du vaccin, une censure féroce de toute critique, etc. etc. : vanter le tout vaccin et minimiser l’importance de la prise en charge précoce. Clairement un travail de lobbying peu soucieux de la santé des personnes.

 

Que nous disent les courbes construites à partir des données officielles ?

 

Elles sont actualisées et/ou consolidées à ce jour.

 

1. Les courbes de taux de « cas » par tranches d’âge.

Je rappelle que le taux représente le nombre de « cas » sur le nombre total de tests réalisés (durant le période considérée).

Ce graphique, actualisé avec la semaine 17 (chiffres d’aujourd’hui, donc il y a encore une petite consolidation à attendre), montre correctement les tendances. Si le groupe d’âge 85+ ans a bien résisté les semaines précédentes à l’agitation virale, ce groupe ne connaît pas aujourd’hui le rattrapage des autres groupes. Par conséquent, il est clair que ces données sur les taux de cas par tranche d’âge ne montrent aucun effet vaccinal.

 

 

2. Les courbes d’hospitalisation par tranches d’âge.

Attention, les tranches d’âge analysées ne couvrent pas le même champ que l’analyse des « cas » et de la « mortalité. Il y a la tranche d’âge 80+ ans, soit comprenant deux classes d’âge des tranches « nbre de vaccins reçus », « taux de cas » et « mortalité ». Idem pour la tranche d’âge 60-79 ans.

L’interprétation de la courbe est délicate. On a l’impression que la tranche d’âge des 80+ ans se comportent mieux que les autres tranches d’âge et c’est vrai.

Comme c’est le groupe d’âge le plus vacciné (1 et 2 doses), on pourrait croire a un effet vaccinal. Et pourquoi pas. Et c’est bien sur cette évolution hospitalière qu’il me semble que Peter Doshi pourrait avoir visé assez juste. La différence entre la tranche d’âge 60-79 ans et celle des 80+ ans est bien visible.

MAIS !

1. La différentielle entre le niveau maximum (semaine 45) et la dernière semaine où nous avons des données (semaine 16) est assez équivalente pour les deux dernières tranches d’âge (avec un léger avantage pour les 80+ ans). 2. le taux d’hospitalisation pour la tranche d’âge des 80+ ans est stable depuis la mi-février (semaine 7), soit une époque où le niveau de vaccination est encore faible (25 % de 1e dose), tout comme pour les 60-79 ans. 3. Si la vaccination des 60-79 ans est moindre que celle des 80+, néanmoins elle est très avancée et la remontée de la courbe des hospitalisations depuis la mi-février va à l’encontre d’une efficacité vaccinale.

C’est donc la prudence qui est de mise dans l’interprétation de ces courbes d’hospitalisation par tranches d’âge. Il est possible qu’une des explications se trouve dans la sélection des personnes survivantes et résistantes de la tranche d’âge 85+ ans qui fut spécifiquement touchée par la crise; cf l’étude démographique : https://www.researchgate.net/publication/350879459_Taux_de_mortalite_standardise_en_Belgique_en_2020_Standardized_Mortality_Rate_in_Belgium_2020_Final_et_complement_65_ans)

Une donnée complémentaire est le fait qu’on se trouve face à un certain nombre d’hospitalisations qui ne sont pas causés par le covid mais par d’autres pathologiques (le PCR+ n’était qu’un facteur secondaire accompagnant et c’est très clair pour les tranches d’âge de moins de 65 ans). Deux autres études d’intérêt devraient également être prise en considération dans cette équation. D’une part l’étude Israélienne en cas-témoins concernant la résistance des variants aux vaccins (une ou deux doses) : https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.04.06.21254882v1.full.pdf+html , et une autre étude concernant la réponse médiocre des personnes âgées aux vaccins : https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.03.03.21251066v1

 

 

3. Les courbes de mortalité par tranches d’âge. Elles sont au nombre de 5.

3.1. Cette courbe dynamique, actualisé ce jour, doit encore être consolidée pour la semaine 17, mais les grandes tendances y sont. Difficile d’y voir la moindre efficacité vaccinale sur les aînés, la seule chose que l’on puisse observer est une relative stabilité des deux classes d’âge des aînés par rapport aux autres classes d’âges (regroupées), mais aucune réelle diminution de mortalité.

3.2abcd. On le voit bien avec ces courbes-ci. La mortalité générale (avec deux semaines de retard) de la classe d’âge 85+ ans diminue légèrement plus vite que la mortalité spécifique attribuée au covid. Or, si les vaccins étaient efficaces, on devrait observer l’inverse.

 

 

Conclusions.

En conclusion, Peter Doshi annonçait sur base d’une analyse critique des données livrées par les firmes productrices de vaccin, une efficacité d’environ 20 % sur les souches sensibles au vaccin.

On peut lui faire crédit de ce chiffre même si l’interprétation des graphiques nous impose la prudence.

En effet, les données actuelles ne sont pas nettes en faveur d’une efficacité vaccinale, qui, dans le meilleur des cas, apparaît médiocre.

 

Vient le problème des variants. La faiblesse des séquençages en Belgique ne nous permet pas d’avoir une vue en confiance des chiffres fournis par sciensano. Notons que le Grand-Duché de Luxembourg fournit un effort autrement plus efficace que la Belgique, et là, le variant sud-africain, résistant aux vaccins actuels, voyage entre 23 % en semaine 11 et 8,8 % en semaine 15, pour une couverture vaccinale un peu meilleure qu’en Belgique. https://lns.lu/departement/microbiologie/revilux/ Pour la Belgique, les données se trouve sur le bulletin hebdomadaire qui semble montrer un recul du variant anglais (<80%) au profit du variant sud-africain et surtout brésilien (c’est pas clair). Mais le nombre de séquençages est très faible. https://covid-19.sciensano.be/sites/default/files/Covid19/COVID-19_Weekly_report_FR.pdf

 

On est donc dans l’expectative. Les données actuelles ne permettent pas d’affirmer une efficacité des vaccins, même si des éléments épars hospitaliers pourraient plaider pour une efficacité très relative (même cela je mets au conditionnel), mais pas au niveau du taux de « cas », ni au niveau de la mortalité. D'autre part, pour affiner l'analyse, nous avons besoin de connaître l'importance des hospitalisations causée par l'acte vaccinal.

Il faudra suivre cela et je reviendrai certainement avec de ‘nouvelles’ données dans les semaines qui viennent.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&

 

Covid Belgique – Graphiques 23 – 30 avril 2021 (semaine 17).

 

La situation continue à être réellement favorable, la sous-mortalité générale, qui s’est maintenue durant plusieurs mois (graphique 1.1), s’estompe petit à petit, non pas parce que la mortalité générale ré-augmente, mais parce que l’ « attendu » diminue avec la belle saison qui s’annonce.

 

 

∞∞∞∞∞∞∞

 

Bal de fakes, censure à tout va de nos Autorités et leurs séides : cela devient lourd. La liberté d’expression, essentielle à l’émergence de vérités partagées, a de plus en plus de mal à se frayer un chemin vers la lumière.

Aujourd’hui, on voit une crispation majeure de nos Autorités face à ce qu’elles ne peuvent contrôler. Demain, lors de la « boum 2 », nous verrons s’ils sont devenu un peu plus mature, mais ...

Pourquoi 3 petits points de suspension ? Parce que nos gouvernants, aidés de prophètes-experts qui se sont trompés en tout, sous les applaudissements des médias de la peur, protégée par une censure rugissante, se sont permis impunément de rentrer dans la maison des gens, dans leur intimité, dans leurs pensées, dans leurs gestes quotidiens. Ils ont fracturé notre liberté de conscience en y insinuant le rejet de l’autre, la méfiance du voisin, la délation, la calomnie, sinon la haine. Suffisamment d’exemples, ne fut-ce que dans la rue ou sur les médias sociaux, en portent l’accablant témoignage.

 

Malgré cette évidente difficulté à la diffusion de cet interview, celle-ci a dépassé les 130 000 vues selon le comptage propre de Kairos (version courte + longue), plus les chemins de traverse. Merci à toutes celles et ceux qui la diffusent, celle-ci et d’autres, notamment par les chemins de traverse. Pour la version courte: https://odysee.com/@V:33/les-morts-du-covid-un-mensonge-detat-version-courte:6 et pour la version longue est à présent disponible sur le site FB de Kairos : https://www.facebook.com/kairospresse/videos/310398297312653

 

L’étude qui fut l’occasion et le prétexte à ceci, avec son complément, se trouve ici.

https://www.researchgate.net/publication/350879459_Taux_de_mortalite_standardise_en_Belgique_en_2020_Standardized_Mortality_Rate_in_Belgium_2020_Final_et_complement_65_ans

 

∞∞∞∞∞∞∞

 

Revenons sur les traitements. Prévention et prise en charge précoce, surtout de nos aînés, puisque c'est chez eux, quasi exclusivement, qu'une surmortalité générale, lorsqu’elle est présente, est observable. Les médecins de première ligne doivent se trouver au chevet de leurs malades et surtout de nos aînés et les prendre en charge sans délai, les moyens de diagnostics simples (oxymètres -certains à moins de 10 euros- et autres) et les traitements de premières lignes existent, sont efficaces et doivent être appliqué sans délai. Je répète « sans délai », c’est cela le plus important.

 

∞∞∞∞∞∞∞

 

La saga vaccinale continue son chemin. Je vous reporte aux ‘graphiques’ précédents. J’avoue être profondément dégoutté de l’impossibilité pratique pour la plupart d’une liberté vaccinale, alors que la balance des coûts-bénéfices est de moins en moins évidente. L’avis du Conseil supérieur de la santé est à nouveau surréaliste concernant la vaccination des femmes enceintes. Alors que le nombre de signaux qui passe au rouge est en augmentation sur cette question, pas de soucis pour cet organisme : allons-y gaiement. Et pour faire bonne mesure, dans la continuité de cette prise de position peu scientifique et par l’effet du plus grand des hasards, l’annonce du premier décès (!) d’une femme enceinte, apparemment d’environ 45 ans, covid+, par un de ces curieux « experts » : on ne sait rien, ni si elle avait été vaccinée, ni ses co-morbidités, ni la cause réelle de son décès, rien … Bien entendu, annonce immédiatement relayée sans aucune précaution par les médias de la peur. Suite au prochain numéro.

J’ai l’impression de revivre les excès du remdesivir versus hydroxychloroquine, dont notre santé est la victime, sur l’autel de la rentabilité financière. Pauvre monde où l’argent est non seulement roi, mais qui, grâce à la corruption inévitable qu’il engendre, fourvoie des populations entières.

 

∞∞∞∞∞∞∞

 

Sur le plan de la recherche des variants (bulletin hebdomadaire de ce jour), la diminution des séquençages se poursuit cette semaine au lieu de progresser. Triste constat. Malgré ce nombre peu important de séquençage (149), on peut remarquer la progression de variant V3 (variant brésilien) sur notre territoire avec 11 % des séquençages, alors que la présence du variant V2 (sud-africain) est stable (3,5%). Le variant anglais reste largement majoritaire mais est repassé sous la barre de 80 %, avec 78,5 %. Donc oui, comme « prévu », l’échappement du virus par mutation résistante aux vaccins poursuit sa progression à travers la mutation 484K portée notamment par les variants V2 et V3.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&

 

Covid Belgique – Graphiques 22 – 23 avril 2021 (semaine 16).

 

La situation continue à être réellement favorable, avec toujours une sous-mortalité générale qui se maintient depuis plusieurs mois (graphique 1.1).

D’autant plus que l’augmentation de mortalité covid des plus jeunes dans les dernières semaines n’en est pas, elle est fausse. Nous avons les données de mortalité générale qui montre sans aucune ambiguïté qu’il s’agit d’une augmentation liée à d’autres conditions pathologiques que le covid, mais que le « tout » covid nous empêche de voir (voir plus loin, graphique 1.2a). Quand sortirons-nous de cette folie ?

 

 

∞∞∞∞∞∞∞

 

L’interview avec Kairos a donc rapidement été censuré par YouTube. Signe de notre époque où nos gouvernants, aidés de prophètes-experts qui se sont trompés en tout, sous les applaudissements des médias de la peur, protégée par une censure rugissante, se sont permis impunément de rentrer dans la maison des gens, dans leur intimité, dans leurs pensées. Époque où on nous impose comment dire, comment réfléchir, comment rejeter l’autre. Il y eut et il y a encore beaucoup (toujours trop) de complices à tout cela. Comment en sommes-nous arrivés là ?

Malgré cette évidente difficulté à la diffusion de cet interview, celle-ci a dépassé les 100 000 vues, ce qui est un beau score compte tenu des circonstances. Merci à toutes celles et ceux qui la diffusent, celle-ci et d’autres, par les chemins de traverse. On perçoit de plus en plus l’importance de ces chemins de traverse comme outil pour fissurer ce totalitarisme sanitaire imbécile, soutenu par les trusts ‘gafam’, car ce sont des trusts que la loi, en théorie, interdit.

Voici un de ces chemins de traverse : https://odysee.com/@V:33/les-morts-du-covid-un-mensonge-detat-version-courte:6

 

La version longue est à présent disponible sur le site FB de Kairos : https://www.facebook.com/kairospresse/videos/310398297312653

 

L’étude qui fut l’occasion et le prétexte à ceci, avec son complément, se trouve ici.

https://www.researchgate.net/publication/350879459_Taux_de_mortalite_standardise_en_Belgique_en_2020_Standardized_Mortality_Rate_in_Belgium_2020_Final_et_complement_65_ans

 

∞∞∞∞∞∞∞

 

Que dire du phantasme de la soi-disant troisième vague, qui n’a existé que dans les rêves pervers de ses tenants ? Et les lecteurs assidus des « graphiques » le savent bien, les chiffres correctement présentés sont sans équivoque. Oui, il y a apparemment une légère augmentation de la présence virale, MAIS assurons-nous cependant qu’il ne s’agit pas d’un effet du vaccin lui-même, de plus en plus de voix autorisées soulèvent cette question. Cette interview pose, à mon sens, de bonnes questions : https://www.youtube.com/watch?v=0o34QZeZM_g

Cependant pas de soucis pour les tenants du totalitarisme sanitaire, pour les médias de la peur et autres, ils peuvent toujours phantasmer sur le phantasme !, et ils ne s’en privent d’ailleurs pas. C’est du même tonneau que les anomalies constatées dans les chiffres qui nous sont jetés en pâture, dont certaines sont suffisamment anormales pour susciter prudence et méfiance. Nous avons connu dernièrement une manipulation manifeste du comptage des tests et tests+. Bien entendu, passer muscade, personne n’a rien vu. Nous en avons parlé la semaine passée (cf les diagrammes 3. Je maintiens le pictogramme ‘attention’). C’est assez grave si l’on pense que nos restrictions liberticides sont basées sur de tels chiffres biaisés. Mais, après avoir fait croire à la population qu’augmentation de tests positifs est synonyme de ‘vague’, alors que c’est précisément le reflet de l’augmentation ou de la diminution du nombre de tests pratiqués (la variation du taux se compte en dixième de %, soit une part infime dans la variation des tests positif), on peut s’attendre à tout.

Je vous rappelle mon post sur le reporting abscons des « effets secondaires » et l’excellente discussion qu’il a suscitée. Elle démontre à suffisance l’insuffisance, c’est un terme gentil, du reporting mis en place. https://www.facebook.com/christophe.debrouwer/posts/10219372866253822

 

 

∞∞∞∞∞∞∞

 

Revenons sur les traitements. Prévention et prise en charge précoce, surtout de nos aînés, puisque c'est chez eux, quasi exclusivement, qu'une surmortalité générale, lorsqu’elle est présente, est observable. Les médecins de première ligne doivent se trouver au chevet de leurs malades et surtout de nos aînés et les prendre en charge sans délai, les traitements de premières lignes existent, sont efficaces et doivent être appliqué sans délai.

 

∞∞∞∞∞∞∞

 

La saga vaccinale continue son chemin. Je vous reporte aux ‘graphiques’ précédents. J’avoue être profondément dégoutté de l’impossibilité pratique pour la plupart d’une liberté vaccinale, alors que la balance des coûts-bénéfices est de moins en moins évidente. L’avis du Conseil supérieur de la santé est à nouveau surréaliste concernant la vaccination des femmes enceintes. Alors que le nombre de signaux qui passe au rouge est en augmentation sur cette question, pas de soucis pour cet organisme : allons-y gaiement.

L’échappement du virus au vaccin est bien visible, avec, par exemple, des recombinants du variant anglais qui se chargent de la mutation 484K, les rendant résistant. Ceci dit, la pénétration des variants sud-africains et brésiliens ne semble pas augmenter (bulletin hebdomadaire de ce jour de sciensano), mais cela porte sur un nombre très restreint de séquençage (4x moins que la semaine précédente). Dans la discussion scientifique concernant les effets vaccinaux, facilitateurs ou protecteurs, elle n’en est qu’à ses débuts. (cf l’interview référencée plus haut.

J’ai l’impression de revivre les excès du remdesivir versus hydroxychloroquine, dont notre santé est la victime, sur l’autel de la rentabilité financière. Pauvre monde où l’argent est non seulement roi, mais qui, grâce à la corruption inévitable qu’il engendre, fourvoie des populations entières.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&

 

Covid Belgique – Graphiques 21 – 16 avril 2021 (semaine 15).

 

L’interview que Kairos a eu la bienveillance de m’accorder, se trouve sur YouTube. Je les en remercie, et principalement ceux à la manœuvre, Alexandre et Terangi.

https://www.youtube.com/watch?v=o5Jx08sgQSE

 

L’étude qui fut l’occasion et le prétexte à ceci, avec son complément, se trouve ici :

https://www.researchgate.net/publication/350879459_Taux_de_mortalite_standardise_en_Belgique_en_2020_Standardized_Mortality_Rate_in_Belgium_2020_Final_et_complement_65_ans

 

∞∞∞∞∞∞∞

 

Nous avons connu quelques péripéties cette semaine. Rien de bien inquiétant même si on nous explique le nième phantasme de la 3e vague qui ne se trouve que dans l’imagination de celles et ceux qui prennent leurs rêves pervers pour la réalité. Il est inutile de nous étendre là-dessus, la cause est entendue depuis bien longtemps.

La situation est restée réellement favorable, avec toujours une sous-mortalité générale franche qui se maintient (graphique 1.1). Nous connaissons depuis 3 semaines une petite agitation de sars-cov-2, qui est actuellement sur son déclin. C’est lent, mais la tendance est bien là. Pour celles et ceux qui peuvent encore honnêtement lire un graphique, les chose apparaissent clairement. La mortalité attribuée au covid reste très stable, légèrement plus élevée, mais qu’est-ce que cela veut dire réellement dans un climat de sous-mortalité générale. La particularité que l’on pouvait peut-être deviner la semaine dernière, sur base de quelques rares décès attribués en plus chez des ‘plus jeunes’, une trentaine sur une semaine, soit un glissement d’environ 0,1 % des classes d’âge âgées vers des classes d’âge plus jeunes, disparaît (cf graphique 1.4), d'autant que l'augmentation légère de la mortalité générale des 0-64 ans (graphique 1-2a), sans réelle contrepartie de décès attribués covid jette une suspicion sur la réalité de cela.

 

 

 

 

∞∞∞∞∞∞∞

 

Revenons sur les traitements. Prévention et prise en charge précoce, surtout de nos aînés, puisque c'est chez eux, quasi exclusivement, qu'une surmortalité générale, lorsqu’elle est présente, est observable. Les médecins de première ligne doivent se trouver au chevet de leurs malades et surtout de nos aînés et les prendre en charge sans délai, les traitements de premières lignes existent, sont efficace et doivent être appliqué sans délai.

 

∞∞∞∞∞∞∞

 

La saga vaccinale continue son chemin et particulièrement celle d’Astra-Zeneca et les différents pays qui en ont suspendu l’usage. Après bien des tergiversations, une communication, somme toute scandaleuse, après avoir affirmé le vaccin sûr à 100 %, la Belgique a également pris des mesures comme ses voisins et suspendu partiellement l’utilisation de ce vaccin.

 

Même si on doit espérer la réussite de la politique vaccinale, cela ne peut nous empêcher de regarder la réalité en face, au contraire. Une étude dans le réel, apparemment la première, est sortie en Israël. https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.04.06.21254882v1 Il s’agit d’une étude en cas-témoin. La lecture en est assez déroutante pour celles et ceux qui n’ont pas l’habitude.

En résumé, après la première dose, le variant anglais montre de la résistance au vaccin. Après deux doses, le variant sud-africain montre de la résistance au vaccin. Nous le savions par les données de laboratoire, avec le variant anglais partiellement résistant au vaccin, et les variants sud-africains et brésiliens fortement résistants. Nous en avons la confirmation sur le terrain. La vaccination de masse va donc probablement accélérer le remplacement du variant anglais par des variants plus résistants au vaccin : ce phénomène semble être en route en Grande-Bretagne si l’on en croit le Gardian avec la montée du variant sud-africain : « Covid: surge testing deployed in south London as

South African variant cases rise ». Cela ne veut pas dire que ces nouveaux variants sont cliniquement plus dangereux que le variant anglais : il ne semble pas, mais c’est l’avenir qui nous le dira.

 

Pour les effets secondaires des vaccins, je vous rappelle les sites officiels ad-hoc, qui comportent sans doute des limitations, mais c’est ce que nous avons :

Pour la Belgique, c’est l’AFMPS (https://www.afmps.be/fr). Pour la France, c’est l’ANSM (https://www.ansm.sante.fr/). Pour l’Europe, vous pouvez accéder aux différentes agences qui listent les effets secondaires liées aux vaccins ici : https://www.hma.eu/nationalcontacts_hum.html , ou un aperçu européen plus général : www.adrreports à laquelle vous rajoutre .eu/fr/index.htlm (ce site officiel de l’Europe est censuré par FB, hallucinant !). http://www.adrreports.eu/fr/index.html .

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&

 

Covid Belgique – Graphiques 20 – 9 avril 2021 (semaine 14).

 

Bien que la situation soit restée réellement favorable, avec une sous-mortalité générale franche qui se maintient (graphique 1.1), nous avons connu depuis 15 jours une petite agitation de sars-cov-2, qui a commencé par une augmentation timide du taux de « cas », actuellement à un niveau toujours bas et stable, suivi comme d’habitude, avec une semaine environ de décalage (cf graphique 2.1.), d’une augmentation des nouvelles hospitalisations, mais avec une différence entrées-sorties qui s’est rapidement stabilisée pour actuellement nettement redescendre (nouveaux graphiques 2.3 et 2.4). Il reste de cette agitation, toujours avec un décalage complémentaire au précédent, une augmentation des variables hospitalisations et enfin une très légère augmentation des décès attribués au covid dans un climat de sous-mortalité générale (graphique 1.2). Dans cette (petite) mortalité attribuée, nous avons une particularité : c’est une augmentation de la mortalité attribuée pour des tranches d’âges plus jeunes (moins de 75 ans) (cela reste très peu) et de la tranche d’âge des plus âgés (85 ans et plus) (idem), alors que l’age intermédiaire (75-84 ans) va mieux de ce point de vue. Difficile d’y apporter un commentaire, d’autant que la dernière tranche d’âge est vaccinée à plus de 80 % (au moins une dose de vaccin). En toute logique, ces variables vont suivre le mouvement général d’apaisement, peut-être dès cette semaine-ci, la quatorzième.

 

 

 

 

 

∞∞∞∞∞∞∞

 

Les suites de la boum du 1er avril me semble être un approfondissement du fossé entre une jeunesse (et des moins jeunes !) qui disent zut à l’ « entre-soi » (autorités médiocres, prophètes-experts, médias de la peur), en leur disant « laissez-nous vivre , arrêtez votre cinéma, vous abîmez le pays, vous sacrifiez notre avenir » et de l’autre côté une population déboussolée qui, faute de mieux, met ses muselières en rue ou même dans ses jardins, essayant de faire confiance à l’« entre-soi » (nos autorités et leurs affidés), lequel use et abuse d’ukases, de fakes et de violence policière. (Je plains ces derniers qui exécutent des ordres qu’ils savent inadaptés à la situation.) Espérons que tout cela évoluera vers un meilleur dialogue, il est actuellement exécrable, mais je n’en suis vraiment pas convaincu.

 

Car la Belgique fut le pire des pays du monde en termes de gestion de la crise covid en 2020 au vu de ses résultats : il n’y a pas eu ‘plus pire’. Des autorités qui ont em … toute sa population avec un confinement parmi les plus durs du monde, alors que tous, je répète, tous les autres pays du monde, de ceux qui n’ont pris aucune mesure, de petites mesures, de plus grandes mesures, d’autres mesures ou même des mesures qui ressemblent à celles de la Belgique, ont fait mieux. Quand une armée perd toutes ses batailles, le mieux est de changer de général et d’état-major, non ? Oui mais ici, les généraux, leurs états-majors et leurs affidés s’accrochent à leur dérisoire pouvoir, expliquent que sans eux cela aurait été encore ‘plus pire’ (awel, comme si c’était possible), multiplient les gesticulations et les mesures inutiles ! C’est pourquoi je crains que le dialogue ne puisse être que de sourds.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Rédigé par Christophe de Brouwer

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article