Covid Belgique – Graphiques 69 - Deuxième année – 1 avril 2022 (semaine 13)

Publié le 1 Avril 2022

Un vendredi 13, de la semaine 13 et un premier avril. Que va-t-il nous tomber sur la tête ? La neige bien sûr mais encore ...

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Deux articles intéressants :

Au niveau du système nerveux central, in vitro, il peut apparaître des lésions qui ressemblent à des lésions cancéreuses au niveau des cellules gliales. (Decoding COVID-19 mRNA Vaccine Immunometabolism in Central Nervous System: human brain normal glial and glioma cells by Raman imaging.)

 

Dans une étude très pro-vaccins-thérapies géniques, néanmoins les auteurs montrent la persistance de l’antigène-spike2 mois après l’injection. Cela pose de sacrées questions.

Autre donnée de cette étude, c’est l’absence de réponse IgA et IgM après ces vaccins-thérapies géniques (uniquement une réponse IgG), ce qui expliquerait leur faible protection à l’infection. (Une étude de grande ampleur, publiée en septembre 2021, avait déjà montré l’inefficacité vaccinale quant à la prévention de l’infection, nous l’avions indiquée à l’époque, et le prof Raoult y a insisté dans sa dernière vidéo.)

Ensuite, ils mettent en évidence l’«  original antigenic sin » (le péché antigénique originel) puisque lors d’un infection qui suit une vaccination, la réponse est forte à la spike de Wuhan mais moins à la spike du variant par rapport à une personne non vaccinée.

Enfin, des commentateurs relèvent ce curieux fait, qui pour eux, pourrait montrer un artéfact d’étude. En effet, les auteurs de l’étude montrent une réponse IgG plus forte après vaccination-thérapie génique qu’après l’infection. Cependant, ils constatent que cet « avantage » disparaît lorsque la protéine spike en entier est testée plutôt qu’un épitope (la partie liante).

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

La santé publique a bon dos. Déjà 6,361 cm de neige au Signal de Botrange. Les pistes de ski et parcours de randonnée ouvrent à nouveau. Dans un souci de bien-être et de santé publique, sur ses maigres fonds restant, le ministère de la santé publique a décidé en urgence, pour la santé des Flamands comme des Wallons, de racheter à prix bradés, des kits de remonte-pentes à Ikea-France, dont les stocks débordent au vu des mauvaises saisons d’hiver à cause du covid, et de les vendre à l’euro symbolique aux entrepreneurs de la neige de nos belles Ardennes. Pas sûr que la Cour des comptes appréciera. Souci linguistique en vue ! Mais quel bonus pour nos rutilants politiciens.

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 Je continue à vous proposer ces quelques chiffres officiels d’aujourd’hui en Belgique. Ils indiquent une efficacité et une sécurité vaccinale non seulement en berne, mais dans bien des cas, pire que bien.

Reprenons des données-clés tirées des chiffres proposés par sciensano pour cette semaine :

Chez les 65 ans et plus, actuellement :

94 % des hospitalisés sont complètement vaccinés (au moins 2 doses + 14 jours) dont 86 % de ces derniers ont été boostés (3e dose).

85,5 % de la mortalité attribuée au covid en hôpital concerne des personnes entièrement vaccinées dont 85,7 % de ceux-ci ont été boosté.

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Mon travail concernant le taux de mortalité standardisé en Belgique, 2021 comparé aux années 2000 à 2020, est terminé et publié. Disons le d'emblée, l'année 2021 est une excellente année, la deuxième meilleure de tous les temps, 2019 étant encore meilleure.
 

Je vous propose ici une petite étude complémentaire à ce travail, qui me fut suggérée, portant sur l’espérance de vie. Vous verrez que la petite virgule de 2020 (même si, individuellement, des situations dramatiques ont été observées), avec une diminution de l’espérance de vie de 81 ans à 80 ans, est bien minuscule à côté de 1918 (de 53 ans à 38 ans d’espérance de vie). Cette année 1918 fut honteusement comparée par certains experts à celle d’il y a deux ans. Aucun respect pour ces milliers et milliers de jeunes qui se sont sacrifiés pour nous. Et dire que ce genre de personnages conseillent nos gouvernements et enseignent dans nos Facultés de médecine : j’en frémis rien que d’y penser. Mais posons-nous également la question de la responsabilité d’un gouvernement qui se choisit de tels experts, ainsi que des médias de la peur et de la discrimination qui relayent de telles absurdités sans état d’âme ?

 

 

Concernant plus spécifiquement 2021 où l’espérance de vie fut la meilleure de ‘tous les temps’: cette année fut identique à 2019 chez les hommes et bien meilleure chez les femmes. Pour 2020, l’espérance de vie était meilleure que celle atteinte en 2013, tant chez les hommes que chez les femmes.

(Notons qu’en mortalité standardisée, 2019 est un peu meilleure que 2021, et nous venons de voir qu’en espérance de vie c’est l’inverse. 2019 et 2021 sont donc les meilleures années de ‘tous les temps’ en Belgique, chacun pour sa part selon le critère choisi.)

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 

Pour éviter toute rupture dans le flux de vos informations, causée par la censure :

 N'oubliez-pas de vous abonner à ce blog: https://graphiques-belgique.over-blog.com/

Sinon, rejoignez-moi sur: https://mewe.com/ ou https://vk.com/

 

D’autre part sciensano a modifié la fréquence de ses mises à jour : uniquement le mardi et le vendredi. Je pense qu’ils ont envie de passer à autre chose et ils ont bien raison. Cela montre que la pression politique, s’agissant du covid, s’est modifiée, et que, en tout état de cause, je vais devoir m’adapter.
 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

Semaine 7 : du 14 au 20 février.

Semaine 8 : du 21 au 27 février.

Semaine 9 : du 28 février au 6 mars.

Semaine 10 : du 7 au 13 mars.

Semaine 11 : du 13 au 20 mars.

Semaine 12 : du 21 au 28 mars.

Semaine 13 : du 29 mars au 3 avril.

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

1. Taux de « cas »

 

Je rappelle que le taux représente le nombre de « cas » sur le nombre total de tests réalisés (durant le période considérée).

1.1. Nous observons une stabilisation du taux après légère remontée. Ceci est certainement dû au remplacement du variant omicron-BA1 par le variant omicron-BA2 (ou 21L : un sous-variant, qui prend actuellement en Belgique, le pas sur le précédent). Cette remontée était de plus faible ampleur, ce qui semble normal, le nombre de personnes qui ont déjà été infectés par omicron est important.

Notons que les données anglaises sont affirmatives (technical briefing, n°39, point 3.4. Hospitalisations): sur le plan pathogénique, omicron-BA2 ressemble étrangement à omicron BA1. Donc de ce point de vue, aucune inquiétude (« The risk of hospitalisation does not appear to be higher following a BA.2 infection than following a BA.1 infection (hazard ratio 0.94 95% CI: 0.88-1.00).

 

 

1.2. Les variations en % de taux de « cas » de semaine en semaine pour 5 tranches d’âge*.

(*Les % sont calculés par rapport au plus grand écart positif constaté depuis 2020.)

 

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 

2. Variables hospitalisations

 

2.1. Au niveau des entrants, officiellement, environ 13 personnes estampillées covid sont actuellement nouvellement hospitalisées pour cette dernière semaine, soit environ 1,9 par jour et par 100 000 habitants (Namur par exemple). Mais en réalité, nous sommes à la moitié de cela, environ 0,8 patients réellement nouvellement hospitalisés (entrants) à cause du covid par jour pour 100 000 habitants, les autres le sont pour d’autres raisons que le covid.

Comme on le voit, le nombre d'hospitalisés pour le covid augmente ... mais c'est surtout le fait de patients qui rentrent pour une autre cause que le covid, et que la magie d'un test fait verser parmi les patients covid, ce qu'ils ne sont pas. On voit qu'en réalité, les patients réellement covid (hospitalisation-reliquat) sont assez stables, légèrement supérieurs à 1000 hospitalisés, ce qui est fort bas. (Pour le calcul, je vous reporte aux Graphiques précédents.)

 


 

2.2. Rapport USI/Hospitalisation. Il est actuellement extrêmement bas, à 5 % (après être monté à 45 %!). En fait, l’occupation de l’USI pour covid continue à décroître à l’inverse de l’hospitalisation qui continue à faussement croître. Indice d’un variant peu dangereux, mais aussi d’un mauvais comptage des hospitalisés prétendument covid.

 

 

2.3. Vaccinés _ Non-vaccinés.

Je vous propose ici uniquement les données Hospitalisations et USI des « 65 ans et plus », seul groupe d’âge réellement intéressé par cette virose, car on sait que s’il y a un prix sanitaire à payer, c’est eux.

Actuellement, 88 % de cette population ont reçu la troisième dose (booster).

La proportion des vaccinés-hospitalisés des 65 ans et plus est de 93,8 % de l’hospitalisation covid pour cette tranche d’âge et pour la quinzaine 14 - 27 mars. L’hypersensibilité des vaccinés se confirme donc. Cette proportion se trouve surtout chez celles et ceux qui ont reçu un booster. Ces derniers représentent actuellement 86 % du groupe des hospitalisés-vaccinés.

Par l’articulet censuré par FB, je vous montrais graphiquement la perte d’efficacité vaccinale chez les personnes complètement vaccinées et boostés après 2 mois, alors que le comportement des non-vaccinés restait stable ou en diminution : ceci démontre qu’il s’agit bien d’un phénomène de perte d’efficacité vaccinale. Ceci correspond à de nombreuses publications et observations.

À l’USI, dans un contexte similaire de diminution du nombre de patients dans ces unités, la situation montre des tendances semblables. 93,2 % de vaccinés parmi les patients à l’USI. L’hypersensibilité des vaccinés ici aussi se confirme. Et ceux qui ont reçu le booster, représentent 84,5 % des USI-vaccinés.

 


 

2.4. Décès à l'hôpital selon le statut vaccinal.. Pour la semaine du 14 au 27 mars chez les 65 ans et plus, 83,6 % des décédés à l’hôpital estampillés covid avaient été complètement vaccinés. Les boostés représentent 81,7 % de ceux-ci.

 

 

* Pour des explications complémentaires liées aux graphiques de sciensano, je vous reporte aux « Graphiques n°59 ».

 

2.5. Grippe toutes causes et hospitalisations. La grippe connaît actuellement un réel regain et se situe dans la fourchette haute d’une activité moyenne. Elle reste en partie omicron qui est aujourd’hui clairement un agent de grippe, et représenterait 50 % des grippes déclarées pour la semaine 12.

 

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 

3. Mortalité

 

3.1. Mortalité générale : pour cette dernière semaine d’enregistrement, la semaine 11, la mortalité reste très stable. Elle est conforme à l’attendu. Rien de particulier.

 


 

3.2. Mortalité attribuée au covid, comparaison entre années 2020 à 2022. Tout apparaît normal, elle est même assez basse pour la saison. Sa signification est assez absurde. Nous avons creusé cette question lors des Graphiques n°54. Je vous y reporte.

 

 

3.3. Moralité générale. Ce sont probablement les graphiques les plus importants de toute la série. Comme on peut le voir, les 6 séries sont parfaitement stables, malgré omicron. Encore un indice probant d’un virus peu pathogène.

 

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

Conclusion

 

Les conclusions restent inchangées, cela devient lassant !

La situation est en réalité réellement banale. Le variant omicron se révèle être un virus peu pathogène, comme une grippe commune, moins dangereux que la grippe influenza.

En outre, la proportion de personnes hospitalisées ou décédées entre vaccinés et non-vaccinés n'apportent plus d'argument en faveur de la vaccination-thérapie génique, au contraire. En effet, dans bien des cas, elle apparaît pire que, ne fut-ce que, neutre (outre la problématique des effets secondaires qui est un véritable et énorme problème sanitaire).

 

La conclusion est dès lors toujours simple, c'est un constat de ‘bonne santé’ (sauf, malheureusement, chez un certain nombre de personnes qui ont été vaccinées).

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&

Rédigé par Christophe de Brouwer

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article