Covid Belgique – Graphiques 77 - Deuxième année – 27 mai 2022 (semaine 21)

Publié le 27 Mai 2022

Mardi 31 mai: "Graphiques 77" enfin complet.

(Sciensano n'avait notamment pas fourni les données vaccinés-non vaccinés le vendredi 27 mai, ce qu'il fait normalement.)

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Pas grand-chose à dire. On reste toujours sous le règne du sous-variant BA2.

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Pour ce qui est de la variole du singe, un virus animal qui se transmet difficilement à l’homme, on est vraiment étonné de l’apparition quasi concomitante de cas isolés dans plusieurs pays, touchant une population apparemment ciblée, sans que l’on comprenne comment cela est possible. Et bien sûr, suit la proposition de tonnes de vaccins à vendre, cela on connaît. De là à nourrir la suspicion d’une campagne d’infection criminelle, est un pas que nous ne pouvons pas actuellement franchir. Laissons les instances internationales comme l’OMS (même si la confiance est ébranlée), et nationales (idem) faire leur travail, voir l’importance réelle de cette infection, réaliser les séquençages du virus pour en comprendre la (ou les) filiation, observer le virus et son niveau infectieux, examiner les chemins de l’infection, etc.

FAISONS ATTENTION AU NARRATIF MEDIATICO-EXPERTO-POLITIQUE "OFFICIEL". Avec le covid, et aujourd’hui l’Ukraine*, nous avons appris et observons que nos instances tordent la réalité pour correspondre à leur narratif, à ce récit officiel dont le but est le contrôle social de la population.

*(lisez l’excellent livre de Jacques Baud, on apprend beaucoup de choses : « Poutine, maître du jeu »)

J’ai ressorti mon « vieux livre » (1989) sur les Zoonoses, qui m’a souvent été bien utile, notamment en Afrique, et je vous propose un scan-pdf des pages consacrées à la variole du singe (in illo tempore non suspecto).

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Semaine 17 : du 25 avril au 1 mai.

Semaine 18 : du 2 au 8 mai.

Semaine 19 : du 9 au 15 mai.

Semaine 20 : du 16 au 22 mai

Semaine 21 : du 23 au 29 mai.

 @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

1. Taux de « cas »

 

Je rappelle que le taux représente le nombre de « cas » sur le nombre total de tests réalisés (durant le période considérée).

1.1. Le taux actuel est toujours en diminution.

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

2. Variables hospitalisations

 

2.1. Au niveau des entrants, cela reste en diminution. Officiellement, environ 4,5 personnes estampillées covid sont actuellement nouvellement hospitalisées pour cette dernière semaine, soit environ 0,6 par jour et par 100 000 habitants (Namur par exemple). Mais en réalité, nous sommes à la moitié de cela, environ 0,3 patients réellement nouvellement hospitalisés (entrants) à cause du covid par jour pour 100 000 habitants, les autres le sont pour d’autres raisons que le covid.

Comme on le voit, le nombre d'hospitalisés pour le covid diminue et stagne à un niveau très bas … tout comme le nombre à l’USI. (enregistrement jusqu'au 25 mai)

 


 

2.2. Vaccinés _ Non-vaccinés.

Je vous propose ici uniquement les données Hospitalisations et USI des « 65 ans et plus », seul groupe d’âge réellement intéressé par cette virose, car on sait que s’il y a un prix sanitaire à payer, c’est eux.

Actuellement, 88 % de cette population ont reçu la troisième dose (booster) selon sciensano, cette proportion ne bouge quasi plus depuis plusieurs semaines.

Notons qu’un deuxième booster (4e dose) a été pratiqué chez des personnes âgées, mais en faible proportion.

La proportion des vaccinés-hospitalisés des 65 ans et plus est de 92,8 % de l’hospitalisation covid pour cette tranche d’âge et pour la quinzaine 9 - 22 mai. Un risque proportionnellement accru de l'hospitalisation des vaccinés se confirme de semaine en semaine. Cette proportion se retrouve surtout chez celles et ceux qui ont reçu un booster. Ces derniers représentent actuellement 81,7 % du groupe des hospitalisés-vaccinés.

À l’USI, dans un contexte similaire de diminution du nombre de patients dans ces unités, la situation montre des tendances semblables. 88,9 % de vaccinés parmi les patients à l’USI. Et ceux qui ont reçu le booster, représentent 84,7 % des USI-vaccinés.

 

2.3. Décès attribués au covid en hôpital selon le statut vaccinal.

Décès attribués au covid en hôpital selon le statut vaccinal. Pour la semaine du 9-22 mai, chez les 65 ans et plus, 93,4 % des décédés à l’hôpital estampillés covid avaient été complètement vaccinés. Les boostés représentent 89,5 % de ceux-ci.

* Pour des explications complémentaires liées aux graphiques de sciensano, je vous reporte aux « Graphiques n°59 ».

 

2.4. Le niveau de la grippe est tombé bien en-dessous du seuil épidémique. La courbe a rejoint les courbes des années antérieures. Cette semaine, 38 % de ceux-ci semble être le fait d’un covid, agent de grippe. La poussée épidémique « grippale » de cette fin d’hiver est manifestement derrière nous.

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

3. Mortalité

 

3.1. Mortalité générale : Pour cette dernière semaine d’enregistrement, la semaine 19, la mortalité reste très stable. Elle est conforme à l’attendu, même un peu en-dessous.

 

3.2. Mortalité attribuée au covid, comparaison entre années 2020 à 2022. Tout apparaît normal. Sa signification est assez absurde. Nous avons creusé cette question lors des Graphiques n°54. Je vous y reporte.

 

3.3. Moralité générale par tranche d'âge. Ce sont probablement les graphiques les plus importants de toute la série. Comme on peut le voir, les 6 séries restent parfaitement stables et de saison.

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Conclusion

 

Il n’y a rien à dire, la situation est dans le cadre habituel et banal. En réalité, depuis fin 2020, il n’y a pas eu grand-chose à nous mettre sous la dent, sinon une vaccination foireuse à plus d’un titre et surtout la continuation de la mise sous pression de la population par la peur et la discrimination (il ne faut pas oublier que dans une population soi-disant égalitaire face à la loi, nos gouvernants ont sciemment introduit des discriminations infâmes entre ses citoyens vaccinés complets, partiellement vaccinés et non-vaccinés). Pour le moment, la 4e dose (2eme booster), réalisée chez des personnes plutôt âgées, ne semble pas séduire. Chacun s’abreuve aujourd’hui du torrent de fakes qui nous parvient des événements d’Ukraine comme ils se sont abreuvés de tombereaux de fake "politico-sanitaires" durant les deux années précédentes de crise covidienne. Cette continuité de comportement de beaucoup, mêlé de craintes, de peurs et de discrimination (pourquoi s’arrêter en si bon chemin), est assez sidérant.

La conclusion est dès lors toujours simple, c'est un constat de ‘bonne santé', ce que je répète depuis fin 2020 et nous sommes en 2022 !

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&


 

Rédigé par Christophe de Brouwer

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article