Covid Belgique – Graphiques 97 - Deuxième année – 14 octobre 2022 (semaine 41)

Publié le 13 Octobre 2022

Omicron, avec le sous-variant BA5, domine toujours un paysage du coronavirus toujours très faiblard, même s’il reprend un peu de vigueur avec la mauvaise saison, quoique déjà le taux de « cas » semble marquer le pas (voir plus loin). Rien d’anormal. Pas d’inquiétude, les différents indicateurs sont et restent très bas.

Par contre, la saison de grippe pourrait redémarrer (je vous remets cela au graphique 2.4), pour le moment, ce n’est pas vraiment le cas, même si le niveau de grippe fleurte avec le seuil épidémique. Et comme le niveau « covid » est et reste très bas, la grippe influenza pourrait en « profiter ». Soyez attentif et n’hésitez pas, si c’est votre choix, à vous faire vacciner contre celle-ci (vaccin classique évidemment). Je pense, perso, que cela en vaut la peine, surtout pour les personnes âgées et/ou à risque.

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Hier, a été publié un petit texte sur la fin de la pandémie déclarée par le président Biden, que j’avais écris en début de semaine.

Pour moi, cette pandémie est terminée depuis bien longtemps. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a plus de cas-maladies, plus de décès liés au covid. Évidemment non, cela reste endémique. Et qu’avec la mauvaise saison, il n’y aura pas une petite augmentation de malades en hôpital à cause du covid. Évidemment non. Remettons les choses à leur juste place.

Cette remarque parce que beaucoup d'entre nous ont été 'contaminés' par la peur et dès qu’ils voient une petite augmentation montrer le bout du nez, ils angoissent d’une nouvelle et terrible vague épidémique … Regardez loin, pas le bout du nez !

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Nous ne mesurons pas bien les dégâts que la censure (et l’autocensure) occasionne dans notre connaissance, car elle empêche littéralement toute prise en compte des réalités vécues ou observées (que ce soit dans le témoignage populaire ou dans l’observation scientifique) pour laisser place au seul narratif officiel .

Ici un témoignage populaire, peut-être forcé, peut-être arrangé, sinon inventé, mais peut-être vrai, publié dans un journal de forte audience au Canada, plutôt modéré dans ses propos covidiens, le Western Standard, le 11 octobre, dépublié dans l’heure ou presque ! Cela méritait au moins une enquête. Plutôt que faire celle-ci, le journalisme « mainstream » d’aujourd’hui semble préférer l’étouffement !

Quelques extraits ‘sages’ de cet article, pourtant écrit par un des journalistes seniors, chevronnés, de ce quotidien, Matthew Horwood, mais censuré à la vitesse V :

« Un agent de sécurité qui travaillait dans une clinique de vaccination COVID-19 de l'Alberta a déclaré avoir vu "des centaines" de personnes avoir des réactions indésirables, dont des dizaines qui se sont évanouies et ont dû être allongées sur des nattes à l'extérieur de la clinique. "Ils ont commencé à mettre des tapis à l'extérieur de toutes les pièces parce que tant de gens s'évanouissaient ou se sentaient faibles et devaient s'allonger. Cela a commencé à me déranger", a déclaré Bob Burke.  [...]

"Je me suis dit, 'sur nos sites de vaccination annuelle contre la grippe, je suis à peu près sûr qu'ils n'ont pas de "nattes" à l'extérieur pour les personnes qui se sont évanouies. Rien de tout cela n'est normal.'"  […]

Burke a déclaré au printemps 2022 qu'il en avait assez. Il a décidé de rendre publique son expérience, ce qui aurait effectivement mis fin à son emploi d'agent de sécurité. Mais personne ne voulait entendre son histoire.

"J'ai essayé de contacter des médias alternatifs comme Rebel News et même InfoWars , mais personne ne voulait y toucher à ce moment-là", a-t-il déclaré.  […] »

 

On peut encore trouver cet article via le WaybackMachine

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Semaine 37 : du 12 au 18 septembre

Semaine 38 : du 19 au 25 septembre

Semaine 39 : du 26 septembre au 2 octobre

Semaine 40 : du 3 au 9 octobre

Semaine 41 : du 10 au 16 octobre

 @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

1. Taux de « cas »

 

Je rappelle que le taux représente le nombre de « cas » sur le nombre total de tests réalisés (durant le période considérée).

1.1. La courbe, après une petite augmentation, semble déjà marquer le pas. On y verra plus clair la semaine prochaine. Compte tenu du changement de saison contrebalancé par une immunité collective très large, cela me semble assez normal. (Attention aux effets d’annonce de nos médias de la peur, puisque le nombre de tests a augmenté, dès lors automatiquement aussi le nombre de tests positifs.)

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

2. Variables hospitalisations

 

2.1. Au niveau des entrants, c’est réellement très bas bien que cela ait remonté légèrement, pour se restabiliser actuellement. Par 100 000 habitants, officiellement, environ 7 personnes estampillées covid ont été nouvellement hospitalisées pour cette dernière semaine, soit un peu plus de 0,9 par jour (Namur par exemple). Cela reste donc très stable et cela le restera probablement, compte tenu de l’importance de l’immunité-collective (cf Graphiques95).

Pour la semaine écoulée, les chiffres d’occupation hospitalière ne bougent quasi pas.

 

Il faut d’ailleurs tempérer ces chiffres : voir le graphique où les données en rouge concernent les patients réellement hospitalisés à cause du covid ("pour"). Les données en vert concernent les patients admis pour une autre cause que le covid chez lesquels, incidemment, un test covid s'est révélé positif ("avec").

(L’estampille « covid » est le cumul des deux groupes.)

 

2.1bis. Je pense intéressant de vous remettre cette courbe dynamique du flux des personnes hospitalisées pour covid, à l’USI et décédées toujours pour cause de covid. La courbe représente les modifications en plus ou en moins du flux d’une semaine sur l’autre. Les données sont normalisées sur la valeur la plus élevée (=1).

Comme vous pouvez le constater, depuis omicron, si les fluctuations de flux de l’hospitalisation restent encore visibles, ceux portant sur l’USI ou les décès ne se modifient que très peu de semaine en semaine avec des données brutes très basses. Cela montre une certaine bénignité de l’infection omicron par rapport aux infections des variants précédents de 2021. Et de toute façon, seules les deux poussées de 2020 montrent une modification brutale et importante de flux qui caractérise une épidémie. Ensuite nous sommes dans des variations endémiques qui, sans préjuger de l’avenir, donne l’impression de s’amortir progressivement.

 

2.2. Vaccinés - Non-vaccinés : du 26 septembre au 9 octobre

 

2.2.0. Sciensano a supprimé, il y a quelques petites semaines, de son rapport hebdomadaire, ce qui apparemment la gênait, c’est-à-dire les graphiques selon le statut vaccinal et les fameux tableaux des « « non détectable ». Je vous propose, pour les plus de 65 ans, la première partie de ce graphique et aussi que le tableau. (pour les remarques méthodo, je vous reporte aux « Graphiques 94 »)

 

De ce graphique 2.2.0, ce qui est le plus important, c’est bien sûr le chiffre (risque relatif) de 64,5 % de risque en plus d’être hospitalisés pour les vaccinés complets par rapport au groupe de référence que sont les non-vaccinés dans la tranche d’âge des 65 ans. Avec des variations, cette donnée se répète de quinzaine en quinzaine. Elle montre, un certain temps après la vaccination complète (cela varie selon les publications, voir Graphiques 57), un risque accru d’hospitalisation chez les vaccinés complets par rapport à la population de référence que sont les non-vaccinés. C’est parfaitement anormal car au pire, cela devrait être 0 % (absence de protection), pourtant c’est encore « plus pire » que pire. La pratique des boosters devrait améliorer l’image, certes, mais pour combien de temps ?

 

2.2.1. Suivi diachronique des Vaccinés - Non-vaccinés : du 26 septembre au 9 octobre, hospitalisation et USI.

Pour la quinzaine considérée, la proportion des vaccinés-hospitalisés des 65 ans et plus est de 93,3 % de l’hospitalisation covid, avec une remontée de ces derniers au niveau de l'hospitalisation mais pas à l'USI. Ceux qui ont reçu un booster représentent actuellement 77 % du groupe des hospitalisés-vaccinés.

À l’USI, dans un contexte similaire, la situation montre des tendances semblables. 97,5 % de vaccinés parmi les patients à l’USI, proportion encore jamais atteinte ! Et ceux qui ont reçu le booster, représentent 83 % des USI-vaccinés.

La campagne du deuxième booster (4e dose) a débuté (et même dans certains cas, une 5è dose!). Déjà environ 64 % des 65 ans et plus l’ont réalisé. À ce jour, aucun impact de cette 4e dose, voir 5e dose, n'est visible au niveau des courbes des hospitalisés, de l’USI ou de la mortalité à l'hôpital (cf graphique 2.3), selon le statut vaccinal : au contraire, on a l'impression que la situation empire pour les plus de 65 ans vaccinés.

 

2.3. Décès attribués au covid en hôpital selon le statut vaccinal : du 26 septembre au 9 octobre.

 

Pour la quinzaine considérée, chez les 65 ans et plus, 92 % des décédés à l’hôpital estampillés covid avaient été complètement vaccinés. Les personnes boostées représentent 88 % de ceux-ci.

* Pour des explications complémentaires liées aux graphiques de sciensano, je vous reporte aux « Graphiques n°59 ».

 

2.4. Syndrome grippal détecté par les médecins généralistes vigies.

Comme vous pouvez le constater, la saison grippal semble vouloir reprendre (données sciensano). Le seuil épidémique est apparemment légèrement dépassé depuis 2 semaines. C’est un bon signal, en ce mois d’octobre, pour celles et ceux qui le souhaitent, de réaliser son vaccin anti-grippe (évidemment avec un vaccin classique). Personnes à risque et personnes âgées devraient y penser, bien sûr toujours en toute liberté individuelle.

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

3. Mortalité

 

Pour le calcul de l’attendu, je vous renvoie aux « Graphiques 52» et aux Graphiques 91.

 

3.1. Mortalité générale (toutes causes) : Pour cette dernière semaine d’enregistrement, la semaine 39, la mortalité toutes causes se maintient au niveau des attendus.

 

3.2. Mortalité attribuée au covid jusqu’à aujourd’hui, comparaison entre années 2020 à 2022. Tout apparaît normal. Sa signification est assez absurde. Nous avons creusé cette question lors des Graphiques n°54. Je vous y reporte.

 

3.3. Ce graphique vous permet de ne pas utiliser d’attendu, mais de directement comparer les années les unes aux autres. Attention, les données n’ont pas été standardisées, il s’agit de données brutes.

Mortalité générale par tranche d'âge jusqu'à la dernière semaine d’enregistrement, la semaine 39. Ce sont probablement les graphiques les plus importants de toute la série. On sort de l'utilisation d'un attendu (méthode indirecte). On compare ici directement les années les unes aux autres (méthode directe, beaucoup mieux). Comme on peut le voir, les 6 séries se comparent actuellement assez bien sur les 4 dernières années.

Pour les 75-84 ans, la petite surmortalité que nous avons pointée il y a un bon mois encore, est terminée depuis.

Pour les 85 ans et plus, la courbe, par rapport aux trois autres années, apparaissait anormale depuis le mois de mars. Depuis quatre semaines, cela semble se normaliser même si une légère surmortalité pourrait persister.

(Car là, il se passait quelque chose pour cette population réellement fragile. Était-ce la 4e ou 5e dose du vaccin-thérapie génique, est-ce lié à des modifications de comportement causées par des pénuries et des carences telles qu'elles apparaissent aujourd'hui (causées par la forte augmentation du coût de la vie), ou autres. Les causes peuvent et sont, dans le cas des personnes âgées certainement multiples.

Pour pouvoir "estimer" une mortalité post-4e dose du vaccin-thérapie génique, la première chose à faire serait assez simple : connaître le nombre de décès dans le 24 jours et dans les 60 jours qui suivent l’injection, idem pour les autres injections : les Anglais l’ont fait, pourquoi pas nous. Et peut-être que ces données sont en possession de sciensano ?)


 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Conclusion

 

La situation sanitaire dans ce pays se trouve dans son cadre habituel et banal, en ce compris covidien, en réalité depuis fin 2020.

La conclusion est dès lors toujours simple, c'est un constat de ‘bonne santé’.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&

Rédigé par Christophe de Brouwer

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article