Covid Belgique – Graphiques 100 - Deuxième année – 4 novembre 2022 (semaine 44)

Publié le 4 Novembre 2022

Déjà un numéro 100. Avec de bonnes nouvelles alors que l’automne est bien avancé et plutôt du beau temps pour cette semaine de congé pour nos enfants, quoique la pluie vient de se mettre de la partie. Nous restons sous omicron avec le sous-variant BA5. Ce sous-variant domine toujours un paysage du coronavirus qui reste par ailleurs très faiblard. Les différents indicateurs sont et restent très bas. Comme vous voyez, c’est du déjà lu et , de mon point de vue, c’est tant mieux !

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

It's time to save the world from itself.

*Deux études récentes, coup sur coup, montre que les boosters du vaccin-thérapie génique monovalent ou bivalent sont ‘sans’ effets réels (ce qui semble également le cas en Belgique, voir les graphiques 2.2), ce qui a conduit le Finlande à ne pas recommander le booster avec le vaccin-thérapie génique bivalent. Voici la dernière de ces études :

https://doi.org/10.1101/2022.10.24.513619 : Immunogenicity of the BA.5 Bivalent mRNA Vaccine Boosters (équipe de chercheurs de Boston), du 25 octobre 2022.

 

*Une étude récente, 22 octobre 2022, paru dans l’International Journal of Epidemiology montre que deux à trois mois après l’injection, la protection conféré par le vaccin-thérapie génique disparaît et devient même négative: c’est très exactement ce que nous montrons ici semaine après semaine (voir les graphiques 2.2) :

https://academic.oup.com/ije/advance-article/doi/10.1093/ije/dyac199/6770060?login=false

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Une des conséquences causées par la mise à pied du personnel soignant non-vacciné: Cela concerne, en Grand-Bretagne (comme en France) des milliers d’emplois.

L’étude réalisé par la NHS (sécurité sociale anglaise) montre que jusqu’à 1/3 des lits hospitaliers (1/7 en moyenne) sont bloqués par des patients non-covid qui n’ont plus besoin de soins hospitaliers et devraient être déchargés dans des institutions spécialisés pour les recevoir. Mais voilà, le manque de personnel se fait sentir et ces structures d’aval de l’hôpital ne se sont plus en capacité de recevoir ce type de population … Non, ce n’est pas le covid qui surcharge les hôpitaux, c’est la gestion absurde du covid qui provoque ce genre de situation, tout comme en France.

Notre ministre belge de la santé a eu le nez fin lorsqu’il a reculé dans son projet d’écarter le personnel soignant non vacciné face à la montée de bouclier, notamment syndical. Un grand ouf de contentement doit l’habiter actuellement. Une des premières mesures prises par le nouveau gouvernement italien est la suppression de cette obligation vaccinale, un soulagement car chacun sait que c’est la bonne chose à faire.

 

Par ailleurs, le nombre de décès non-covid est en augmentation et coïncide avec la campagne des 4e doses, nous explique cet article. C’est ce qu’on observe aussi en Belgique pour les 85 ans et plus. Quant à en faire une causalité, c'est plus compliqué. Mais comme nos autorités ne veulent rien savoir, le soupçon va grandissant.

 

https://dailysceptic.org/2022/11/01/nhs-crisis-deepens-as-1-in-7-beds-blocked-and-excess-non-covid-deaths-hit-nearly-22500/

(Pour une mauvaise traduction en français : https://dailysceptic-org.translate.goog/2022/11/01/nhs-crisis-deepens-as-1-in-7-beds-blocked-and-excess-non-covid-deaths-hit-nearly-22500/?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr )

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Semaine 40 : du 3 au 9 octobre

Semaine 41 : du 10 au 16 octobre

Semaine 42 : 17 au 23 octobre

Semaine 43 : du 24 au 30 octobre

Semaine 44 : du 31 octobre au 6 novembre

 @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

1. Taux de « cas »

 

Je rappelle que le taux représente le nombre de « cas » sur le nombre total de tests réalisés (durant le période considérée).

1.1. La courbe, après une petite augmentation, marque vraiment le pas. Compte tenu du changement de saison contrebalancé par une immunité collective très large, tout cela me semble assez normal et banal.

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

2. Variables hospitalisations

 

2.1. Au niveau des entrants, c’est réellement très bas Par 100 000 habitants, officiellement, environ 3 personnes estampillées covid ont été nouvellement hospitalisées pour cette dernière semaine, soit un peu moins de 0,5 par jour (Namur par exemple). Pour le moment, cela chute dans un contexte d’indicateurs très bas et cela le restera probablement, compte tenu de l’importance de l’immunité-collective (cf Graphiques95).

 

Il faut d’ailleurs encore tempérer ces chiffres : voir le graphique où les données en rouge concernent les patients réellement hospitalisés à cause du covid ("pour"). Les données en vert concernent les patients admis pour une autre cause que le covid chez lesquels, incidemment, un test covid s'est révélé positif ("avec").

(L’estampille « covid » est le cumul des deux groupes.)

 

2.2. Vaccinés - Non-vaccinés : du 16 au 30 octobre

 

2.2.0. Sciensano a supprimé de son rapport hebdomadaire, ce qui apparemment la gênait, c’est-à-dire les graphiques selon le statut vaccinal et les fameux tableaux des « « non détectable ». Je vous propose, pour les plus de 65 ans, ce graphique, chiffres bruts et incidences, aussi que le tableau des « non-détectable ». (pour les remarques méthodo, je vous reporte aux « Graphiques 94 »)

 

De ce graphique 2.2.0, ce qui est le plus important, c’est bien sûr le chiffre (risque relatif) de 64,5 % de risque supplémentaire d’être hospitalisés pour les vaccinés complets (hors boosters) par rapport au groupe de référence que sont les non-vaccinés dans la tranche d’âge des 65 ans. Avec des variations, cette donnée se répète de quinzaine en quinzaine. Elle montre, un certain temps après la vaccination complète (cela varie selon les publications, voir Graphiques 57), un risque accru d’hospitalisation chez les vaccinés complets par rapport à la population de référence que sont les non-vaccinés (les non-vaccinés sont, proportionnellement, moins à risque d’être hospitalisés que les vaccinés complets). C’est parfaitement anormal car au pire, cela devrait être 0 % (absence de protection), pourtant c’est encore « plus pire » que pire. Cela a probablement des implications cliniques. Cependant, dans le domaine du cancer, nous devrons attendre pour savoir si l'augmentation de cancer que certains observent (?) et lient le cas échéant à la pratique de ces vaccins est vrai, car le cancer est une maladie lente et avoir avoir une observation concluante prendra du temps. Mais néanmoins nous devons être très attentif à cela et anticiper si cela s'avère nécessaire.  (et je suis heureux de voir que cette observation-ci d'une sensibilité accrue des vaccinés complets au covid se confirme une fois de plus par de solides études publiées dans d’excellentes revues scientifiques, cf introduction.)

 

Moyenne journalière du nombre de nouvelles hospitalisations covid-19

 

2.2.1. Suivi diachronique des Vaccinés - Non-vaccinés : du 16 au 30 octobre, hospitalisation et USI.

Pour la quinzaine considérée, la proportion des vaccinés-hospitalisés des 65 ans et plus est de 91,3 % de l’hospitalisation covid, dans un contexte de chiffres bas tant pour l'hospitalisation que pour  l'USI. Ceux qui ont reçu un booster représentent actuellement 83 % du groupe des hospitalisés-vaccinés.

À l’USI, dans un contexte similaire, la situation montre des tendances semblables. 94,8 % de vaccinés parmi les patients à l’USI. Et ceux qui ont reçu le booster, représentent 84 % des USI-vaccinés.

 

La campagne du deuxième booster (4e dose) a débuté (et même dans certains cas, une 5è dose!). Déjà environ 70 % des 65 ans et plus l’ont réalisé. À ce jour, toujours aucun impact de cette 4e dose, voir 5e dose, n'est visible au niveau des courbes des hospitalisés, de l’USI ou de la mortalité à l'hôpital (cf graphique 2.3), selon le statut vaccinal (et je remarque que cette observation apparaît confirmée par de solides études publiées dans d’excellentes revues scientifiques, cf introduction):

 

2.3. Décès attribués au covid en hôpital selon le statut vaccinal : du 16 au 30 octobre.

 

Pour la quinzaine considérée, chez les 65 ans et plus, 89,1 % des décédés à l’hôpital estampillés covid avaient été complètement vaccinés. Les personnes boostées représentent 76 % de ceux-ci.

* Pour des explications complémentaires liées aux graphiques de sciensano, je vous reporte aux « Graphiques n°59 ».

 

2.4. Syndrome grippal détecté par les médecins généralistes vigies.

Comme vous pouvez le constater, la saison grippal continue à lécher la barre du seuil épidémique, mais sans plus (données sciensano). C’est un signal utile, en ce début de mois de novembre, pour celles et ceux qui le souhaitent, de réaliser son vaccin anti-grippe (évidemment avec un vaccin classique). Personnes à risque et personnes âgées devraient y penser, il est temps, bien sûr toujours en toute liberté individuelle.

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

3. Mortalité

Les données de stabel ne sont pas encore disponibles pour la semaine 42. Dès qu'elles le seront, je compléterai cette partie.

 

Conclusions

Apparemment, la situation reste banale. Attendons les données de mortalité toutes causes pour voir l'évolution de la légère mais réelle surmortalité des 85 ans et plus, ainsi que l'évolution de la mortalité des autres tranches d'âge. 

 

Il n'y aucun problème sanitaire lié au covid, sinon des soupçons très solides concernant l'absence d'efficacité des vaccins-thérapies géniques et notamment le nouveau bivalent. De même que les effets secondaires de ces vaccins, à court, moyen et long terme restent un sujet de réelle préoccupation.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&

Rédigé par Christophe de Brouwer

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article