Covid Belgique – Graphiques 73 - Deuxième année – 29 avril 2022 (semaine 17)

Publié le 29 Avril 2022

Je me répète. La situation en Belgique est et reste bonne. Le taux de « cas » est stable, le covariant omicron BA2, comme on pouvait s’y attendre, se révèle un peu moins actif que l’omicron original BA1.

Pour le reste, la situation est inchangée, l’hospitalisation, basse, est en diminution. Elle est d'autant plus basse qu’une grande partie de celle-ci est liée à des pathologies autres que le covid. La preuve en est d’une occupation USI toujours faible.

La mortalité attribuée au covid reste très basse, bien évidement et la mortalité générale un peu en dessus de l’attendu, elle reflète la poussée épidémique de grippe-influenza qui est en train de s'éteindre.

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

 Pour celles et ceux accros de la lecture, deux livres qui viennent de sortir :

- Ariane Bilheran et Vincent Pavan : Le débat interdit.

Extrait: « La logique de la psychopathologie laisse entendre que le pouvoir peut parfaitement, de façon totalement cynique et intentionnelle, entretenir, par ses décisions contre-productives, la panique sanitaire pour mieux poser comme incontournables les restrictions des libertés. Et c’est même très probable, car une fois que l’idéologie se déconnecte du réel, le délire paranoïaque veut que le réel lui corresponde, il le façonnera donc comme l’idéologie le demande. L’épidémie ne frappe-t-elle pas assez ? Le délire paranoïaque créera d’autres formes d’épidémies contre lesquelles il partira ensuite en croisade. L’idéologie fera tout pour quitter le sens des mots, qui ne serviront plus à nommer le réel, mais à faire advenir le délire dans la réalité, et à tordre la réalité à l’image du délire. »

 

- Laurent Toubiana : Covid 19 - Une autre vision de l'épidémie.

Extrait: « L’a priori idéologique est déterminant dans la manière d’aborder tout ce qui se rapporte à l’épidémie de COVID en France. La réalité, la mise en évidence des faits ne compte guère. Il faut avant tout se positionner, donner des gages, montrer que l’on pense comme le discours officiel. Rester du côté du bien demande une vigilance qui se paye au prix du refus d’une analyse rationnelle du réel. C’est partir en mission contre ceux qui pensent différemment, contre ceux qui doutent. Rester du côté du bien, c’est faire le vide au détriment d’une pensée raisonnée à partir des faits et de la réalité. C’est ce qui s’appelle persévérer dans l’erreur et pour la masquer, mettre en place la terreur. »

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Pour éviter toute coupure dans le flux de vos informations, causée par la censure :

 N'oubliez-pas de vous abonner à ce blog: https://graphiques-belgique.over-blog.com/

Sinon, rejoignez-moi sur: https://mewe.com/ ou https://vk.com/

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

Semaine 11 : du 13 au 20 mars.

Semaine 12 : du 21 au 28 mars.

Semaine 13 : du 29 mars au 3 avril.

Semaine 14 : du 4 au 10 avril.

Semaine 15 : du 11 au 17 avril.

Semaine 16 : du 18-24 avril

Semaine 17 : du 25 avril au 1 mai.

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

1. Taux de « cas »

 

Je rappelle que le taux représente le nombre de « cas » sur le nombre total de tests réalisés (durant le période considérée).

1.1. Le taux actuel reste stable. N’écoutez donc pas les porteurs de mauvaises nouvelles, ce n’est que du fake. Le second dos d'âne, plus faible, est certainement dû au remplacement du variant omicron-BA1 par le variant omicron-BA2. Sur le plan physiopathologique, il n'y a pas de différence entre les deux omicrons.

 

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

2. Variables hospitalisations

 

2.1. Au niveau des entrants, c'est inchangé. Officiellement, environ 9,7 personnes estampillées covid sont actuellement nouvellement hospitalisées pour cette dernière semaine, soit environ 1,4 par jour et par 100 000 habitants (Namur par exemple). Mais en réalité, nous sommes à la moitié de cela, toujours environ 0,7 - 0,8 patients réellement nouvellement hospitalisés (entrants) à cause du covid par jour pour 100 000 habitants (moins de mille en tout sur la Belgique), les autres le sont pour d’autres raisons que le covid.

Comme on le voit, le nombre d'hospitalisés pour le covid stagne à un niveau très bas ...

 

 

2.2. Vaccinés _ Non-vaccinés.

Je vous propose ici uniquement les données Hospitalisations et USI des « 65 ans et plus », seul groupe d’âge réellement intéressé par cette virose, car on sait que s’il y a un prix sanitaire à payer, c’est eux.

Actuellement, 88 % de cette population ont reçu la troisième dose (booster) selon sciensano, cette proportion ne bouge quasi plus depuis plusieurs semaines.

Notons qu’un deuxième booster (4e dose) a été pratiqué chez des personnes âgées. Nous y reviendrons, mais notons dès à présent que les publications vont de pas de protection supplémentaire à une protection partielle de durée assez limitée (autour d’un mois ?). Il faut un peu attendre pour y voir clair.

La proportion des vaccinés-hospitalisés des 65 ans et plus est de 93,2 % de l’hospitalisation covid pour cette tranche d’âge et pour la quinzaine 11 - 24 avril. Un risque proportionnellement accru de l'hospitalisation des vaccinés se confirme de semaine en semaine. Cette proportion se retrouve surtout chez celles et ceux qui ont reçu un booster. Ces derniers représentent actuellement 83,2 % du groupe des hospitalisés-vaccinés.

Par l’articulet censuré par FB, je vous montrais graphiquement la perte d’efficacité vaccinale chez les personnes complètement vaccinées et boostés après 2 mois, alors que le comportement des non-vaccinés restait stable : ceci démontre qu’il s’agit bien d’un phénomène de perte d’efficacité vaccinale (actuellement négative pour cette tranche d'âge), qui s'accentue, semble-t'il, avec une quatrième dose. Ceci correspond à de nombreuses publications et observations.

À l’USI, dans un contexte similaire de diminution du nombre de patients dans ces unités, la situation montre des tendances semblables. 93,3 % de vaccinés parmi les patients à l’USI. Le risque accru proportionnel de passage à l'USI des vaccinés se confirme donc ici aussi de semaine en semaine. Et ceux qui ont reçu le booster, représentent 87,8 % des USI-vaccinés.

 


 

2.3. Décès attribué au covid en hôpital selon le statut vaccinal. Pour la semaine du 28 mars au 10 avril chez les 65 ans et plus, 86 % des décédés à l’hôpital estampillés covid avaient été complètement vaccinés. Les boostés représentent 81 % de ceux-ci.

* Pour des explications complémentaires liées aux graphiques de sciensano, je vous reporte aux « Graphiques n°59 ».

 

 

2.4. Grippe toutes causes et hospitalisations. Le niveau de la grippe, après un fort accroissement, connaît actuellement une réelle chute. Nous sommes retombés en zone de faible activité. La poussée épidémique est derrière nous. Elle reste en partie omicron (50%) qui est aujourd’hui clairement un agent de grippe.

 

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

3. Mortalité

 

3.1. Mortalité générale : Cette dernière semaine d’enregistrement, la semaine 14, la mortalité reste très stable. Elle est légèrement supérieure à l’attendu, se marque surtout chez les personnes âgées (85 ans et plus), mais pas d’inquiétude, la saison de grippe se termine.

 


 

3.2. Mortalité attribuée au covid, comparaison entre années 2020 à 2022. Tout apparaît normal. Sa signification est assez absurde. Nous avons creusé cette question lors des Graphiques n°54. Je vous y reporte.

 

 

3.3. Moralité générale par tranche d'âge. Ce sont probablement les graphiques les plus importants de toute la série. Comme on peut le voir, les 6 séries restent parfaitement stables, avec une mortalité des 85 ans et plus qui reste légèrement plus importante.

 


 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Conclusion

 

Répétons: la réalité des chiffres ne montre … pas grand-chose. La situation est triviale. Notons qu'une 4e dose (2eme booster) a été réalisée chez des personnes âgées. Il n'y a pas pas d'arguments d'ordre scientifique en faveur de cette pratique, nous y reviendrons plus tard.

Répétons ici aussi, tant la problématique des effets secondaires, anormalement nombreux et parfois graves, que la proportion de personnes hospitalisées ou décédées entre vaccinés et non-vaccinés n'apportent aucun argument en faveur de la vaccination-thérapie génique et a fortiori certainement pas une 4e dose.  Par contre, ces constats apportent beaucoup d'argument pour les traitements simples et efficaces. Je vous renvoie vers ces excellents sites qui en font la description.

La conclusion est dès lors toujours simple, c'est un constat de ‘bonne santé', ce qui je répète depuis plus d'un an.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&&


 

Rédigé par Christophe de Brouwer

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article